Les dentistes accusent les prothésistes de «pratiques illégales»

Infection, hémorragie, voire décès : d’après les dentistes, l’exercice illégal de leur profession par des prothésistes constitue un vrai problème de santé publique.

Par

Infection, hémorragie, voire décès : d’après les dentistes, l’exercice illégal de leur profession par des prothésistes constitue un vrai problème de santé publique.

«L’Ordre national des médecins dentistes (ONMD) dénonce ce problème depuis les années 1970», nous explique Mohammed Jerrar, président de l’instance. Le problème en question : l’exercice illégal de la médecine dentaire. Pour ce dentiste, il s’agit d’un problème de santé publique, tant les risques sont de taille : infections, hémorragies… Des personnes décéderaient même des complications issues de ces pratiques. Plusieurs victimes ont aussi intenté des procès en justice pour demander réparation.

Selon une étude réalisée par l’ONMD, 10 % des personnes pratiquant de manière illégale des actes dentaires sont des « arracheurs de dents », alors que plus de 56 % sont des prothésistes dentaires. D’après les chiffres transmis par l’ordre, le ministère de l’Intérieur aurait ainsi recensé en 2014 3 300 prothésistes dentaires concernés. Selon Mohammed Jerrar, de plus en plus de contrôles sont réalisés depuis deux ans. « On ferme les cabinets de ceux qui travaillent sans aucune autorisation et les autres sont poursuivis. Dernièrement, on a poursuivi 26 personnes à Salé », nous raconte le dentiste. Mais la pratique perdure.

«Avec leurs pancartes et l’aménagement intérieur, les gens croient que ces locaux abritent des médecins dentistes. Ces personnes ont des cabinets hautement sophistiqués», raconte Mohammed Jerrar. D’après lui, la vénalité serait le moteur de ces pratiques : «Ils ont des tarifs de soin que moi-même je ne pratique pas, très élevés. Ce sont des manipulateurs et des agresseurs», estime le président de l’ordre. D’après lui, aucun autre pays de la région ne serait touché par ce fléau.

Prothésiste, une profession non réglementée

D’après un prothésiste contacté par Telquel.ma, qui rappelle que la profession n’est pas réglementée, l’expérience accumulée par certains prothésistes devrait leur permettre de pratiquer certains actes qui ne sont pas appris au cours de la formation de deux ans, comme l’installation de la prothèse en bouche par exemple.

Le projet de loi 25 14 devrait mettre de l’ordre. Actuellement entre les mains de la deuxième chambre, le texte concerne les « professions d’opérateurs ». Le projet prévoit que celles-ci s’exercent en fonction du diplôme «dans la limite des compétences acquises au cours de la formation de base ou la formation continue». L’article 5 du texte précise la fonction du prothésiste dentaire : il «confectionne des prothèses dentaires sur demande d’un médecin dentiste ou d’un médecin stomatologue et sous son contrôle. Le colportage de prothèses dentaires est interdit».

article suivant

Maroc et États-Unis main dans la main pour lutter contre le trafic illicite de pièces archéologiques marocaines