Pour la jeunesse de l'USFP le vote pour le Polisario est "tactique"

La  jeunesse étudiante de Sakia Al Hamra, affiliée au Polisario,  a obtenu le statut de membre observateur de la jeunesse de l’internationale socialiste grâce au vote de la jeunesse de l’USFP.

Par

Mustapha Amay, membre de la délégation de la chabiba, lors du vote pour l'adhésion de la jeunesse étudiants de Sakia Al Hamra. Crédit DR

Controverse chez la jeunesse de l’USFP. Présente le 27 et le 28 février lors du Congrès de la jeunesse de l’internationale socialiste (IUSY), la Chabiba ittihadia a voté en faveur de l’obtention, par la jeunesse étudiante de Sakia Al Hamra du statut d’observateur au sein de cette organisation. Or la jeunesse étudiante de Sakia Al Hamra est le bras estudiantin du Polisario.

« Cette organisation allait de toute façon obtenir ce statut avec ou sans notre vote. Le but de notre vote était de ne pas paraitre isolé  », nous explique Abdellah Sibari, secrétaire général de la chabiba, et président de la délégation marocaine lors de cet événement. « Depuis que nous sommes membres de cette organisation, aucun vote n’a été fait en commun accord avec le Polisario », souligne Ali El Yazghi, ancien secrétaire général de la jeunesse du parti de la rose. On rappellera qu’Ali El Yazghi a été radié de l’USFP par Driss Lachgar, actuel premier secrétaire du parti de la rose.

Pour justifier ce vote, Hanane Rihab, membre du bureau politique de l’USFP a expliqué, sur son profil Facebook qu’en 1995,  date à laquelle la Chabiba est devenue membre de cette organisation internationale,  le Polisario avait voté en faveur de son adhésion. Un point que récuse Ali El Yazghi, « au contraire, ils se sont opposés à notre adhésion ».

Une double déroute

Le Congrès de l’IUSY a également permis à l’institution de renouveler ses instances. Dans la précédente configuration de l’organisation, la fonction de membre du bureau de contrôle de la présidence, qui est chargé de la gestion des finances, était dévolue à Oumaima Achour, une membre de la Chabiba ittihadia. La tradition veut que la personne occupant ce poste soit ensuite désignée à la vice-présidence de l’IUSY. Mais celle-ci n’a «  même pas été emmenée au congrès », car elle « n’est pas en odeur de sainteté  » au sein de l’USFP selon Ali El Yazghi.

Pire encore, la vice-présidence du Congrès a été confiée à la jeunesse étudiante de Sakia Al Hamara en raison, notamment, de l’absence d’Oumaima Achour. Une nomination qui a poussé la jeunesse de l’USFP à abandonner son poste au bureau du contrôle de la présidence, car celle-ci ne peut « accepter que le Polisario soit dans un organe dirigeant  » alors qu’elle occupe une fonction moins importante  explique Abdellah Sibari. Celui-ci n’exclut pas un retrait complet de la Chabiba  de l’organisation internationale.

article suivant

Doléances financières des médecins privés : où en sont les négociations avec le ministère ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.