Réforme de l’éducation islamique: « Oui, mais », répondent les islamistes

Si les islamistes semblent accueillir positivement la volonté du roi de réviser les programmes d’éducation religieuse, ils se méfient par contre de certains « objectifs non avoués de la réforme ».

Par

Le membre du MUR, Ahmed Raissouni.

C’est à l’unanimité que les courants islamistes ont favorablement accueilli les instructions royales relatives à la réforme des programmes d’éducation religieuse. Des directives que Mohammed VI avait formulées lors du Conseil des ministres qu’il avait présidé le 6 février dernier à Laâyoune. « Bien-sûr qu’il y a un contenu qui peut conduire à la radicalisation car malheureusement, le système d’enseignement dans notre pays n’immunise pas les élèves contre les invasions culturelles et intellectuelles », réagit Omar Iharchane, membre du secrétariat général d’Al Adl Wal Ihssane.

Même son de cloche de la part du Mouvement unicité et réforme (MUR), bras idéologique du PJD. Pour Mhamed Hilali, cadre du MUR, « il est naturel que la mouvance accueille favorablement les nouvelles orientations royales, car elles vont dans le sens de la promotion d’un islam de la tolérance et du juste milieu ». « Si la réforme concerne l’amélioration et l’actualisation des programmes d’éducation islamique, les rendant mieux adaptées aux nouveautés du temps, nous ne pouvons que nous féliciter de cette volonté », affirme pour sa part Mohamed Zebbagh, président de l’Association marocaine des professeurs d’éducation islamique.

Mais si les différentes mouvances islamistes semblent favorables aux instructions royales, beaucoup d’entre elles finissent par nuancer leurs propos. Tandis que certains réclament une révision plus globale de l’ensemble des programmes scolaires, d’autres se méfient de la finalité d’un tel projet. « Oui, nous sommes avec la réforme, mais la véritable question que nous nous posons est quelle est l’orientation de cette réforme ? Qui s’en occupera ? Voilà nos points de divergence », explique Omar Iharchane, avant de poursuivre : « c’est pour cela que nous nous demandons pourquoi certains avancent certaines défaillances plutôt que d’autres, exagèrent sur certains points tout en occultant d’autres. Tout ceci nous fait craindre l’existence d’objectifs non avoués derrière cette réforme ».

En plus des réserves exprimées par certains islamistes, d’autres cadres de la mouvance islamiste s’en vont en guerre contre des intellectuels ayant appelé à épurer les programmes scolaires de la pensée wahhabite. C’est le cas du très influent cheikh Ahmed Raissouni, ancien président du MUR et vice-président de l’Association mondial des oulémas musulmans qui, réagissant à une tribune écrite par le journaliste Khalid Jamaï dans lequel il critique les 1000 heures d’éducation islamiques que « subissent les élèves marocains »,  s’en est pris à ce qu’il a qualifie de mauvaise foi du journaliste marocain. Selon lui, les programmes d’éducation islamiques ne sont pas la cause de la radicalisation. « Pourquoi les jeunes nés et éduqués en Europe, ayant grandit dans la liberté, l’alcool, le sexe et les drogues, rejoignent soudainement les rangs de Daech ou d’Al Qaida ? Ont-ils été « victimes » des mille heures de cours d’éducations islamiques ? », s’est ironiquement demandé Ahmed Raissouni.  Un avis également partagé par Mhamed Hilali : « Il est triste qu’un des fils d’un grand alem « Khalid Jamaï » puisse tenir ce genre de propos », regrette-t-il.

article suivant

Bonnes feuilles : “La face ‘cachée’ des sociétés civiles au Maghreb : un espoir pour demain ?”