Vignettes 2016 : 1,84 milliard de dirhams de recette fin janvier

Les premiers résultats de la recette 2016 du paiement des vignettes ont été dévoilés par la Direction générale des impôts.

Par

Credit : Sam Nabi

Les premiers résultats de la recette 2016 du paiement des vignettes ont été dévoilés par la Direction générale des impôts.

1,84 milliard de dirhams : c’est la recette de janvier du paiement des vignettes 2016, rapportent nos confrères de L’Economiste, dans son édition du 3 février. Mais les comptes ne sont pas encore clos puisque les paiements des retardataires (qui voient leur facture majorée depuis le 2 février dernier) et des nouveaux acquéreurs de véhicules viendront s’ajouter à la recette globale. L’année passée, la recette totale s’est élevée à 1,95 milliard de dirhams. À noter qu’un nombre de 1,8 million de vignettes ont été payées pour un parc automobile estimé à 3 millions de voitures.

Depuis le 1er janvier dernier, il est possible de payer sa vignette automobile dans les « agences bancaires, sites e-banking et mobile banking des banques partenaires, guichets automatiques bancaires, les points de paiement des réseaux des prestataires de services de paiement et les sites internet des prestataires de services de paiement », explique le ministère des Finances.

La Banque centrale populaire en tête

Parmi ces nouveaux canaux de paiement, c’est la Banque centrale populaire qui compte le plus de transactions au terme du mois de janvier, soit 369 174 et environ 20% de l’ensemble du marché pour janvier. Suivie de près par Attijariwafa bank avec 290 304 transactions (environ 16%) et Wafa cash avec 261 790 transactions (environ 14%), rapporte la Direction générale des impôts, citée par L’Économiste. À noter que c’est la BMCI qui compte le moins de transactions avec un nombre de 35 848 (2% environ), suivie par le Crédit Agricole avec 52 869 transactions (2,8%) et la CIH bank avec 53 177 transactions (environ 3%).

Le nombre de transactions enregistrées par la BCP a été actualisée s’établit à 623 289 transactions, selon MAP.

Des économies pour la Direction générale des impôts

Grâce à la dématérialisation de la vignette, la DGI a économisé 7 millions de dirhams, cette année, révèle Nabyl Lakhdar, directeur des ressources et du système d’information à la DGI. « Mais  le plus important n’est pas là, pour nous. Ce qui compte c’est que la dématérialisation a pu soulager nos fonctionnaires, pour qui la période de paiement des vignettes était difficile à gérer. Face à l’affluence, ils venaient même parfois d’autres métiers pour assurer le guichet. » Sans parler de l’allègement logistique lié au transport d’espèces. « Nous avions l’habitude de manipuler plus d’un milliard de dirhams par an. Cette année, nous en sommes à 160 millions de dirhams. »

Informations pratiquesAttention : il n’y aura plus de macaron à apposer sur le pare-brise pour justifier l’acquittement de la taxe spéciale annuelle sur les véhicules automobiles (TSAVA), annonce le ministère des Finances dans son communiqué. Le reçu de paiement, délivré dans les agences bancaires et points de paiement physiques sur présentation de la carte grise, tient lieu d’attestation. Joint par téléphone, Nabyl Lakhdar, directeur des ressources et du système d’information à la DGI est formel, le « reçu est valable jusqu’à preuve du contraire ». En cas de perte ou d’endommagement du reçu, il est possible d’imprimer une attestation sur le site Vignette.ma de la DGI.

Gare aux retardataires ! « À la DGI, nous savons qui a payé et qui n’a pas encore payé. Au cours du mois de mars, nous enverrons des avis d’imposition aux retardataires », prévient Nabyl Lakhdar. Sans acquittement, des mesures de blocages devraient être mises en place prochainement autour des procédures de visites techniques, de cessions de véhicules, de paiements des assurances ou de sorties du véhicule.[/encadre]