Festival de Casablanca : Les détails de la convention signée avec Casa Events

Le festival de Casablanca sera désormais organisé par Casa Events et animation. Les détails de la convention votée par le conseil de la ville.

Par

(Photo illustration) Crédit: Y. Toumi

Après une absence de deux ans, le festival de Casablanca fait son come-back. Cette fois-ci, c’est Casa Events et animation, société de développement local, qui s’est vu confier l’organisation du rendez-vous musical, dont la prochaine édition se déroulera en juillet 2016. Approuvée le 3 février par les élus de Casablanca, la convention entre le conseil de la ville et la SDL, dirigée par l’ex-DG du groupe Maroc Soir Mohamed Jouahri, trace les grandes lignes de l’événement. Parmi les principales nouveautés : la durée du festival est plus longue, passant à dix jours au lieu de huit.

D’une durée de cinq ans, tacitement reconductible, la convention, dont Telquel.ma détient une copie, indique que le festival aura lieu chaque année au mois de juillet. Côté financement, en attendant que le programme du festival soit déterminé, la commune urbaine promet de mettre la main à la poche. Casa Events, elle, s’engage entre autres à établir un cahier des charges et à mettre à la disposition de la commune toutes les informations liées à l’événement.

À peine a-t-elle été soumise au vote du conseil de la ville que la convention suscite déjà les craintes des élus conservateurs. « On doit suivre de près le choix des artistes. Une chanteuse invitée à Rabat l’année dernière a choqué les Marocains [Jennifer Lopez, ndlr]. Casa Events et animation doit respecter notre identité », prévient lors de la session ordinaire de février le PJDiste Mohamed Mâait, président de l’arrondissement de l’arrondissement de Sidi Othmane. D’ailleurs, la commission de suivi prévue dans la convention sera composée entre autres du maire PJD Abdelaziz El Omari et Abdellatif Naciri, président PJDiste de la commission du développement humain et des affaires sociales et culturelles (ou de leurs représentants).