Les docteurs et doctorants chercheurs manifestent à leur tour

Ils estiment que le concours d’accès aux fonctions universitaires ne garantit pas l’ « égalité des chances pour accéder à la fonction publique ».

Par

Lahcen Daoudi, ministres des Affaires générales et de la gouvernance

Après les enseignants stagiaires, les infirmiers et les étudiants en médecine, c’est au tour des docteurs et des doctorants chercheurs de contester les mesures du gouvernement. Ces derniers comptent organiser une manifestation durant la semaine du 8 au 14 février, sans qu’ils ne précisent de date précise pour le moment. Ils dénoncent les conditions du concours d’accès au poste de professeur assistant dans les facultés, annoncées via une circulaire par le gouvernement.

 «Exclure les docteurs non-fonctionnaires»

«Le gouvernement a lancé à la fin du mois de janvier un concours qui prévoit la création de 530 postes de professeurs universitaires assistants. Or, ce concours ne répond pas au principe de l’article 38 de la Constitution qui veille au respect à l’égalité des chances pour accéder à l’emploi», nous confie El Houssine El Mezouari, responsable de la coordination nationale des docteurs et des doctorants chercheurs.

« L’État a posé une condition : celle d’accorder le passage aux docteurs et doctorants qui travaillent déjà dans la fonction publique et disposent d’un numéro de solde excluant ainsi  les doctorants et docteurs chômeurs et aussi les Marocains qui possèdent un doctorat à l’étranger» s’indigne la même source. Selon El Mezouari, le gouvernement veut  écarter les docteurs et doctorants non-fonctionnaires, qui sont au nombre de 518, alors que les universités ont besoin de professeurs assistants.

La coordination conteste également une autre circulaire publiée par le ministère de l’Enseignement supérieur en 2015  qui «prévoit l’embauche des docteurs et doctorants en tant que professeur assistant selon un système de contrat d’une durée maximale d’un an ».  « Si cette mesure est louable, elle ne nous garantit pas d’accéder, par la suite, au poste de professeur universitaire à temps plein» explique El Mezouari. Face à ces deux mesures, la coordination compte également porter plainte contre le chef du gouvernement au tribunal administratif pour non-respect de la Constitution.

Contacté par Telquel.ma, le ministre de l’Enseignement supérieur Lahcen Daoudi est resté injoignable.

 

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité