Réforme de l’orthographe : Non, l’accent circonflexe ne va pas vraiment disparaître

Votée et approuvée en 1990 par l’Académie française, la réforme de l’orthographe fait finalement son entrée dans les manuels scolaires. Ce qui va changer.

Par

Les éditeurs de manuels scolaires s’activent. Dès la rentrée de septembre 2016, l’orthographe du français va subir un coup de lifting. Il s’agit d’une réforme mise en place par l’Académie française en 1990 et qui va finalement être appliquée dans les écoles. Ce rapport, en plus d’emporter l’unanimité des Immortels français avait également reçu, à l’époque, un accord favorable du Conseil de la langue française du Québec et celui du Conseil de la langue de la Communauté française de Belgique. Au total, c’est donc 2500 mots dont l’orthographe a été simplifiée il y a 26 ans et qui va désormais être appliquée. Ou pas, puisqu’il ne s’agit que de « préconisations ».

#Jesuiscirconflexe

L’Académie française préconise notamment un emploi restreint de l’accent circonflexe. L’annonce dans les médias de la disparition pure et simple de l’accent circonflexe a notamment beaucoup ému les francophones. Néanmoins, la réalité est plus nuancée. L’accent circonflexe n’est simplement plus obligatoire sur les lettres « i » et « u », sauf dans quelques mots et dans les terminaisons verbales (exemples : qu’il fût, mûr). En définitive, ce ne sera plus une faute d’écrire « cout » au lieu de « coût », mais rien n’oblige non plus à abandonner le « petit chapeau ». C’est déjà le cas depuis 1990 en réalité.

L’usage du trait d’union est également restreint. Un certain nombre de mots remplacent le trait d’union par la soudure. On écrit« portemonnaie » comme « portefeuille ».

En perdre son latin

Le pluriel se simplifie aussi. On peut appliquer aux mots composés la règle des mots simples. Un pèse-lettre, des pèse-lettres. Quant aux mots empruntés à une autre langue, leur pluriel – et leur accentuation – peuvent suivre les règles des mots simples. Un imprésario, des imprésarios.

L’Académie française entreprenait enfin de corriger un certain nombre d’anomalies et d’écrire « boursouffler » comme « souffler » et « chariot » comme « charrette ». C’est aussi pour cette raison que l’on peut désormais écrire « nénufar » et « ognon ».

Voilà donc 26 ans que l’on s’échinait à appliquer une orthographe que la renommée conservatrice Académie française avait pourtant déjà modernisée. On en perd son latin.

Quelques exemples de modifications :

Oignon –> Ognon

Week-end –> Weekend

Nénuphar –> Nénufar

Coût –> Cout

Disparaître –> Disparaitre

Mille-pattes –> millepattes

Porte-monnaie –> portemonnaie

Des après-midi –> des après-midis

Eczéma –> exéma

Imbécillité –> imbécilité

Relais–> relai

article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains