Obama : « L’Islam a toujours fait partie de l’Amérique »

Lors d’une visite d’une mosquée à Baltimore, sa première sur le territoire américain, Barack Obama a tenu un discours contre la « rhétorique haineuse » visant les musulmans.

Par

Photo : AFP

Barack Obama a visité le 3 février une mosquée de Baltimore dans l’état du Maryland. C’est la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 2009 que le président américain se rendait dans un lieu de culte musulman sur le territoire américain. À neuf mois du scrutin qui désignera son successeur, Barack Obama y a tenu un discours contre la « rhétorique haineuse » visant les musulmans. Une pique directement adressée, sans pour autant les citer, à ses adversaires républicains qui font des amalgames entre « des actes terroristes et une religion ».

« L’Islam a toujours fait partie de l’Amérique », a lancé le premier président noir des États Unis. « Une attaque contre une religion est une attaque contre toutes les religions », a-t-il encore martelé, rappelant au passage que les catholiques et les juifs avaient aussi été la cible de virulentes attaques au cours de l’histoire américaine.

1 % de musulmans aux États-Unis

Ce déplacement chargé en symboles, réclamé de longue date par les organisations musulmanes américaines, intervient plus de six ans après le discours du Caire (juin 2009). Dans cette allocution, entamée en arabe par un « Salam aleikum », Barack Obama avait appelé à tourner la page d’un « cycle de méfiance et de discorde » entre les États-Unis et le monde musulman.

Cette visite n’est pas non plus sans rappeler celle de son prédécesseur, George W. Bush. Six jours après les attentats du 11 septembre 2001, le président républicain s’était rendu dans une mosquée de Washington. « L’islam, c’est la paix », avait-il lancé dans une brève allocution, soulignant que « le visage de la terreur » n’avait rien à voir avec cette religion pratiquée par des centaines de millions de personnes à travers le monde.

Le nombre de musulmans aux États-Unis est estimé à trois millions (1 % de la population). À cette minorité, Barack Obama lance : « Vous n’êtes pas musulmans ou Américains, vous êtes musulmans ET Américains. Vous n’avez pas à choisir entre votre foi et votre patriotisme ».

article suivant

Loi anti-blanchiment des capitaux : l’UE attend Benabdelkader au tournant