Mohamed Fizazi veut créer une association politique... mais pas salafiste

Cette association dont le nom n’a toujours pas été décidé ne sera pas salafiste selon Mohamed Fizazi.

Par

Crédit : Wadii Charrad

Les anciens prisonniers salafistes se positionnent sur l’échiquier politique, avec la création de deux associations. La première est de l’initiative du prédicateur Mohamed Fizazi. Il a entamé la création d’une association politique qui verra le jour d’ici un mois. Contacté par Telquel.ma, le cheikh précise que cette association ne sera pas, contrairement à des associations comme le Mouvement unicité et reforme (MUR), l’aile religieuse d’un parti politique.

Pour l’heure, ni le nom ni l’emplacement du siège de cette association n’ont été décidé. « Nous hésitons encore entre Tanger, Casablanca, Fès et Salé, mais au mois de février nous tiendrons notre première assemblée générale  » nous annonce l’ancien prédicateur salafiste. Cette association aura, selon Fizazi, de nombreuses missions comme la « lutte contre l’extrémisme islamiste », la promotion des « valeurs de l’Islam » ainsi que la « lutte contre la criminalité et le harcèlement ».

Pas de lien avec les autres mouvements salafistes

D’anciens détenus salafistes comme Hassan Khattab, Abderrazak Soumah et Abdelouahed Bakhout ont été commissionnés pour rallier le maximum de personne à la cause de cette nouvelle association. Toutefois, cette  « association n’est pas salafiste » alerte le cheikh Fizazi qui signale que ce nouveau mouvement n’aura aucun lien avec le Mouvement salafiste pour la réforme politique (MSRP) créé le 11 janvier dernier.

Lire aussi : Vers une politisation des salafistes marocains ?

Le MSRP est considéré comme le bras idéologique du Mouvement démocrate et social (MDS), formation politique créé par l’ancien commissaire de police Mahmoud Archane. Abdelkrim Chadli, célèbre salafiste repenti sera momentanément le président de ce  mouvement salafiste. Le MSRP aura pour ambition de rassembler les salafistes  qui « ne souhaitent pas se politiser selon la logique des partis et de les persuader qu’il est possible de faire de la politique tout en intégrant le champ des institutions étatiques » nous avait déclaré Chadli le 29 décembre dernier.

article suivant

Pour l'ONDH, le ciblage du RAMED exclut les plus défavorisés

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.