Le Maroc se dit inquiet de la situation entre l'Arabie Saoudite et l'Iran

L'exécution d'un dignitaire chiite en Arabie saoudite exacerbait dimanche 3 janvier les tensions déjà vives au Moyen-Orient, en particulier en Iran où l'ambassade saoudienne à Téhéran a été en partie détruite par des manifestants en colère.

Par

Suite aux mouvements de foule en Arabie Saoudite et en République Islamique d’Iran consécutifs à l’exécution d’un leader chiite et d’autres individus « jugés pour des actes terroristes et d’atteinte à la sécurité de l’Etat » , le Maroc suit avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation et  » craint que les débordements en cours ne prennent une dimension ingérable dans les heures et les jours qui suivent » , indique dimanche le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération.

« Le Maroc compte sur la sagesse des responsables saoudiens et iraniens afin d’éviter que la situation actuelle ne s’étende à d’autres pays de la région déjà confrontés à de nombreux défis et à des éléments de fragilité multiples » , souligne le ministère dans un communiqué.

Une mise à mort qui scandalise

La mise à mort du cheikh Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime saoudien, a provoqué la colère dans les communautés chiites d’Arabie saoudite, d’Irak, du Liban, de Bahreïn et du Yémen. Elle suscite aussi l’inquiétude de l’ONU, des Etats-Unis et de l’Union européenne (UE) qui craignent qu’elle n’enflamme davantage les tensions entre chiites et sunnites dans la région.

Le dignitaire chiite de 56 ans a été exécuté samedi avec 46 autres personnes, dont un Tchadien et un Egyptien, condamnées pour « terrorisme ». La plupart d’entre elles étaient des jihadistes du groupe Al-Qaïda. « Sans aucun doute, le sang de ce martyr versé injustement portera ses fruits et la main divine le vengera des dirigeants saoudiens« , a averti dimanche le guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei.

Attaques d’ambassade

Quelques heures plus tôt, en milieu de nuit, des centaines de personnes en colère ont attaqué à coups de cocktails Molotov l’ambassade d’Arabie saoudite à Téhéran dans laquelle ils ont réussi à pénétrer. « Le feu a détruit l’intérieur de l’ambassade« , a déclaré à l’AFP un témoin.

Le consulat saoudien à Mashhad (nord-est) a également été attaqué. Le procureur de Téhéran a annoncé l’arrestation de 40 manifestants, affirmant que l’enquête se poursuivait « pour identifier les autres responsables de cet incident« . Quatre autre personnes ont été arrêtées à Mashhad.

Tout en dénonçant l’exécution, le président Hassan Rohani a qualifié d' »injustifiables » les attaques contre les représentations saoudiennes, que la police diplomatique a été chargée de « protéger ». Une manifestation est prévue dimanche après-midi à Téhéran.

 » Crime haineux »

Si l’indignation et la colère sont particulièrement fortes en Iran, pays musulman à 90% chiite et grand rival de l’Arabie saoudite sunnite, des chiites ont également manifesté en Arabie saoudite, à Bahreïn et en Irak, dans la ville sainte chiite de Kerbala (centre).

L’ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité chiite en Irak, a qualifié d' »agression » le « versement du sang pur » des exécutés. Le Premier ministre Haider al-Abadi a fait part d’un « énorme choc » et averti du potentiel déstabilisateur de l’exécution de al-Nimr.

Au Liban, le mouvement chiite Hezbollah soutenu par l’Iran a dénoncé « un crime haineux perpétré sur la base de fausses allégations ».

Cette exécution « provoquera la colère des jeunes » chiites en Arabie saoudite, a mis en garde Mohammed al-Nimr, le frère du cheikh. Il a précisé avoir reçu « un appel des autorités chargées de (la) sécurité » l’informant « que les corps des martyrs ont été enterrés dans les cimetières des musulmans et ne seront pas rendus à leurs familles ».

Le cheikh Nimr avait été condamné à mort en octobre 2014 pour « terrorisme », « sédition », « désobéissance au souverain » et « port d’armes » par un tribunal de Ryad. L’ONG Amnesty International avait dénoncé un « procès inique ».

Appels au calme

Au-delà du Moyen-Orient, son exécution préoccupe les Etats-Unis, soutien traditionnel de l’Arabie saoudite, qui craignent que les « tensions communautaires » dans ce pays « s’exacerbent à un moment où il est urgent de les apaiser ».

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé « au calme et à la modération dans les réactions à l’exécution » et demandé « à tous les dirigeants de la région de chercher à éviter l’exacerbation des tensions sectaires ».

Pour la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, « ce cas a le potentiel d’enflammer un peu plus les tensions sectaires qui font déjà beaucoup de dégâts dans la région ».

L’exécution de Nimr al-Nimr, qui avait étudié dans la ville sainte de Qom en Iran, risque en effet d’aggraver encore la rivalité entre Téhéran et Ryad qui s’opposent dans les crises régionales, en particulier en Syrie et au Yémen.

A Ryad, le ministère saoudien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur d’Iran pour protester contre « les déclarations agressives » de Téhéran. Elles représentent « une flagrante ingérence dans les affaires du royaume », a-t-il dénoncé.

Peu après, Ryad a accusé l’Iran de « fulminer au sujet des droits de l’Homme » alors que Téhéran mène des exécutions « sans cadre légal clair » et est bien « le dernier à pouvoir accuser d’autres de soutenir le terrorisme ».

A Téhéran, le chargé d’affaires saoudien a été également convoqué au ministère des Affaires étrangères qui lui a signifié la « protestation » des autorités iraniennes.

Avec agences

article suivant

27 septembre : 2444 nouveaux cas de contamination, 28 décès