Des armes chimiques volées par Daesh et acheminées vers le Maroc?

Selon un cousin de Kadhafi, Daesh a mis la main sur des réserves de gaz sarin de l’armée libyenne. D’après Assabah, ce gaz aurait été ensuite acheminé vers le Maroc.

Par

Crédits : CC Alejandra H. Covarrubias / Flickr

Daesh a mis la main sur des réserves de gaz sarin de l’ancienne armée libyenne. L’information a été révélée par Ahmed Kadhaf al-Dam, cousin de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, dans une interview accordée à la chaine d’informations russe Russia Today.

« Daesh a réussi à découvrir certaines des caches souterraines secrètes qui contenaient toujours des armes chimiques, dissimulées dans le désert », explique l’ancien proche du régime libyen dont le leader est décédé en 2011. « Je le sais grâce à mes sources basées à Tripoli. Le premier cas comprend le vol de sept fûts de gaz sarin et dans le deuxième cas, il s’agit apparemment de cinq barils », poursuit-il en mettant en cause la surveillance de ces entrepôts. Selon lui, le gaz a été acheminé dans la partie nord du pays pour ensuite être vendu.

La vente de ce gaz pourrait concerner et menacer directement le Maroc. Selon le quotidien Assabah dans son édition du 21 décembre, une partie du gaz aurait été acheminée vers le Sahara. Le gaz sarin est considéré par les instances internationales comme une arme de destruction massive.

Le sarin est un agent neurotoxique qui peut se révéler être une arme chimique hautement toxique. Le gaz mortel cible le système respiratoire, engendrant de graves conséquences. L’absence de couleur ou d’odeur le rend encore plus dangereux. Par le passé, Daesh a déjà utilisé des armes chimiques en Syrie et Irak.

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques