Fuite des capitaux: Le Maroc champion de la région Mena

Selon le dernier rapport de Global Financial Intergrity (GFI), le Maroc affiche une moyenne en termes de fuite des capitaux de l’ordre de 40,4 milliards de dirhams annuellement.

Par

Mohamed Boussaïd.
Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie et des finances. Crédit: Yassine Toumi.

Selon le dernier rapport de Global Financial Intergrity (GFI), le Maroc affiche une moyenne en termes de fuite des capitaux de l’ordre de 40,4 milliards de dirhams annuellement.

40,4 milliards de dirhams. C’est, en moyenne, l’agent sorti illégalement chaque année du Maroc depuis 2003. L’ONG américaine Global Financial Integrity (GFI), vient de publier un rapport sur la fuite des capitaux qui accable le Maroc. Selon les données du rapport «Les flux financiers illicites dans les pays en développement 2004-2013 », le royaume occupe la 34e place sur une liste de 75 pays en termes de flux financiers illicites. Il devance l’Égypte (36e), la Tunisie (57), l’Algérie (58) ou encore la Libye (68). Le constat est encore plus flagrant quand on sait que certains de ces pays connaissent actuellement une déstabilisation aussi bien politique qu’économique.

Une amnistie et après?

Le Maroc mène depuis quelque temps des efforts considérables pour rapparier l’argent sorti de manière illicite. Cette année, le ministre des Finances, Mohamed Boussaid avait annoncé que 27,8 milliards de dirhams ont été déclarés dans le cadre du dispositif d’amnistie financière. Mais il faut dire que ce montant reste nettement inférieur aux flux marocains illicites de capitaux. Si l’on croit les données de GFI, 404 milliards de dirhams auraient été sortis du Maroc de manière illégale en 10 ans (2004-2013). En gros le département de Boussaid a rapatrié seulement  7% de ce que le pays a laissé fuiter durant 10 ans.

 

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles