Mohamed Hassan Bensalah démissionne du CA de la Samir

Mohamed Hassan Bensalah, membre du conseil d'administration de la raffinerie Samir sort enfin de son mutisme. Il annonce sa démission de son poste et dénonce l'attitude d'Al Amoudi, l'actionnaire majoritaire.

Par

Mohamed Hassan Bensaleh. Crédit: DR

L’affaire de la Samir n’a pas finit de faire couler de l’encre. Voila que Mohamed Hassan Bensalah, président directeur général du groupe Holmarcom, un des actionnaires de la raffinerie la Samir communique pour la première fois depuis l’éclatement de cette affaire en août dernier.

Et quand Bensalah parle, il n’y va pas par quatre chemins. Il annonce à travers un communiqué sa démission de ses fonctions de membre du conseil d’administration de la Samir.

« C’est avec beaucoup de regret que j’ai démissionné de mes fonctions (…) ; démission que j’ai présentée séance tenante, lors de la réunion du 17 novembre« , écrit-il. « Cette décision est d’autant plus difficile que j’ai toujours oeuvré pour la préservation de ce fleuron national dans lequel le Groupe Holmarcom a beaucoup investi« , ajoute-t-il.  Bensalah avoue être affligé d‘assister à la dérive d’un géant de l’économie marocaine.

Il précise également dans le communiqué « son désaccord avec l’attitude de l’actionnaire majoritaire qui a manqué aux engagements publiquement annoncés pour la recapitalisation de la raffinerie, et notamment lors de l’assemblée générale extraordinaire du 16 octobre 2015« .

Le patron du groupe Holmarcom n’oublie pas par la même occasion de soulever la « dictature » opérée par l’actionnaire majoritaire et le top management nommé par ses soins, « qui ont réduit le rôle du conseil d’administration à celui d’un organe d’enregistrement des décisions prises par eux« , confie-t-il.

Holmarcom se retrouve aujourd’hui piégé avec un participation de 6 % dans le capital d’une entreprise au bord de la faillite et qui cumule une dette de plus de 42 milliards de dirhams. C’est une participation historique que le groupe a hérité lorsqu’il a racheté Sanad en 1999.

Dans une interview accordé à notre Economie&Entreprise, Mohamed Hassan Bensalah rejettait l’idée de sortir du capital de la Samir « surtout pas aujourd’hui alors qu’elle commence à générer quelques dividendes. Et puis, Samir est un grand client de notre pôle assurance« , déclarait-il en 2014.

article suivant

Doléances financières des médecins privés : où en sont les négociations avec le ministère ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.