En Indonésie, on songe à remplacer les gardiens de prisons par des crocodiles

Une prison sur une île, entourée de crocodiles, pour lutter contre la corruption. C’est la proposition très sérieuse d’un haut-gradé indonésien.

Par

Si le poste de surveillant pénitencier ne séduit plus, une solution avancée par le chef de l’agence indonésienne de lutte contre les produits stupéfiants (BNN) pourrait pallier au problème du manque d’effectif. Ce dernier, dans une interview réalisée pour le média indonésien Tempo.co, propose de construire une prison de haute sécurité sur une île, entièrement gardée par des crocodiles.

« Nous allons mettre là—bas, autant de crocodiles que possible. Les crocodiles ne cèdent pas aux tentatives de corruption  » a précisé Budi Waseso. Cette idée insolite, inspirée par le film de James Bond ‘Vivre et laisser Mourir’ où le héros Roger Moore atterrit sur une île infestée de reptiles dangereux, est encore au stade de simple projet. Aucun lieu ni aucune date d’ouverture n’a été décidé.

L’Indonésie a condamné de nombreux trafiquants de drogue, dont certains à la peine capitale. Huit condamnés avaient été exécutés en avril 2015, provoquant un tollé international, rappelle à juste titre l’article du site Tempo.co. La drogue  continue de circuler «  énormément  » dans les prisons. « Le trafic de drogue sévit en prison parce que le système pénitentiaire et les fonctionnaires sont corrompus. Beaucoup de détenus et de gardiens de prison ont été arrêtés pour des affaires de drogue.  » Des accrocs aux deals, nous pourrions donc passer aux crocodiles.

article suivant

Sbagha bagha, le festival des arts urbains est de retour à Casablanca pour une 5ème édition débridée

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.