Mohammed Rabii: « El Guerrouj et Haddaoui sont fiers de moi »

Le pugiliste marocain est sous les feux de la rampe depuis qu’il a remporté le Championnat du monde de boxe à Doha jeudi dernier. Du haut de ses 22 ans, Mohammed Rabii est la nouvelle coqueluche de la planète sport.

Par

Mohamed Rabii (en bleu) face au boxeur Kazakh Daniyar Yeleussinov ( en rouge). Crédit: AFP
Mohamed Rabii (en bleu) face au boxeur Kazakh Daniyar Yeleussinov ( en rouge). Crédit: AFP

Notre champion du monde national est sur un petit nuage depuis qu’il est rentré au bercail vendredi 16 octobre. Et pour cause, il est le premier Arabe et Africain à avoir remporté le Championnat du monde de boxe dans la catégorie des 69 kg. Une surprise pour l’athlète lui-même qui avait pourtant été éliminé en huitièmes de finale des mondiaux de 2013. « J’ai été éliminé au début de la compétition, car la barre était très haute . Je ne pensais donc pas avoir mes chances cette année », nous confie Mohammed Rabii.  Avec ce sacre, le boxeur semble avoir pris sa revanche.

Le boom médiatique

Dès son arrivée à Casablanca, le jeune sportif est accueilli en fanfare à l’aéroport Mohammed V.  « Ma famille, les gens du quartier et des gens que je ne connais pas m’ont attendu dans le hall de débarquement. Des messages d’encouragement et des youyous fusaient de tout bord. Je suis ensuite rentré chez moi en cortège comme dans un mariage », assure le champion du monde en titre. Sans même avoir le temps de souffler, le jeune homme est assailli par la presse marocaine. Tous les jours, il intervient à la télévision, donne des interviews à la radio. Un agenda surchargé, géré par son père, Ali Rabii, ainsi que par un membre de la fédération marocaine de boxe qui ne le quitte pas d’une semelle. « Mes idoles, Hicham El Guerrouj et Mustapha Haddaoui, me soutiennent et sont fiers de moi. C’est plus que ce que je pouvais espérer » se réjouit Rabii.

Un parcours mitigé

Mohammed Rabii voit le jour en 1993 à douar Sekwila, à Casablanca. À sept ans à peine, il se découvre une passion pour les arts martiaux et prend des cours de boxe au club de Chabal Al Bernoussi.  , il participe à des championnats locaux pour les juniors.  À 15 ans, il est repéré par l’équipe nationale avec laquelle il participe au Championnat du monde cadet en Arménie en 2009, puis au Championnat du monde des juniors en Azerbaïdjan en 2010. Des compétitions durant lesquelles le jeune boxeur va pourtant faire pâle figure. Ce n’est que plus tard que la chance lui sourit. Il remporte, en août dernier, le Championnat d’Afrique de boxe dans la catégorie des moins de 69 kg. Avec son nouveau titre de champion du monde, Mohammed Rabii entre dans la cour des grands. Une consécration qu’il devra défendre lors des jeux Olympiques de Rio en 2016, auxquels il participe.

article suivant

Expo 2020 Dubaï : le Maroc annonce les grandes lignes de sa programmation