La ville de Casablanca doit 2 milliards de dirhams à M’dina bus

Les pertes cumulées par M’dina bus depuis 2004 à cause du non respect des engagements du conseil de la ville s’élèvent à 2 milliards de dirhams.

Par

Crédit : Yassine Toumi

Les nouveaux membres du conseil de la ville de Casablanca ont du pain sur la planche. Le conseil de la ville de Casablanca doit environ 2 milliards de dirhams à M’dina bus comme l’explique à Telquel.ma le directeur du capital humain de M’dina bus, Moulay Youssef El Ouedghriri Idrissi. « Les pertes cumulées par M’dina bus depuis le démarrage de ses activités en novembre 2004 jusqu’en 2014 se chiffrent à environ 2 milliards de dirhams ».

Selon le responsable de M’dina bus, « ces pertes sont dues au manquement des engagements du conseil de la ville qui est l’autorité délégante », des engagements pourtant stipulés dans le contrat de délégation signé entre les deux parties.

La société de transport reproche par exemple aux autorités de la métropole de « ne pas appliquer la clause d’exclusivité » mentionnée dans le contrat de gestion déléguée signée entre les deux parties. Selon le responsable de la société de transport, «des concessionnaires dont les contrats de gestion déléguée ont pris fin depuis 2009, continuent de desservir les lignes exclusivement dédiées à M’dina bus». La société estime que cela a contribué aux pertes qu’elle affirme avoir subies.

Autre reproche adressé au conseil de la ville par M’dina bus, « le non respect des engagements en ce qui concerne l’aménagement des couloirs de bus ».  Selon la société de transport en commun, les autorités de la ville avaient pris l’engagement de mettre en place « des passages exclusivement dédiés aux bus de transport en commun au niveau de la voirie pour fluidifier la circulation ».

Trouver une entente avec les nouvelles autorités de la ville

La société de transport en commun  affirme avoir pourtant «évoqué à plusieurs reprises» la question de la dette  avec les membres du conseil précédent  sans pouvoir obtenir gain de cause. « Tout ce qu’ils ont fait c’est nous envoyer une mise en demeure pour non respect du cahier des charges (en début juin dernier) », ironise Moulay Youssef El Ouedghriri Idrissi.

M’dina Bus « compte »  désormais sur le nouveau conseil de la ville « pour trouver un terrain d’entente et résoudre le problème ». « On est ouvert à toute sorte de collaboration», nous indique t-il. Contacté par Telquel.ma, plusieurs membres du conseil de la ville n’ont pu être joints.

article suivant

PLF et nomination d'ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI