Un collectif d'associations plaide pour des collectivités territoriales équitables

Un collectif d'associations marocaines propose « 100 mesures pour des collectivités territoriales équitables » à l'approche des prochaines élections. Sélections de quelques unes de ces propositions.

Par

Une femme vote dans un bureau de vote au Maroc le 25 novembre 2011 près de Tiflet.
Crédit : A Senna / AFP

Les élections communales qui débuteront en septembre, ont été l’occasion pour plusieurs organisations de se réunir avec toutes un même objectif : « des collectivités territoriales équitables ». Plusieurs thématiques ont été abordées par ce collectif, composé notamment de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), l’institut Prometheus et Anfass démocratique : la probité des candidats, des questions environnementales et du développement économique, social et culturel du pays.

Parmi les points abordés, Mounir Bensalah, coordinateur national d’Anfass revient sur la question de la probité des candidats : « Les candidats doivent faire part d’un certain niveau d’instruction et de compétence minimum, mais surtout faire preuve de valeurs éthiques et être engagés par un contrat moral avec les citoyens. Leur présence doit être exigée et respectée du début jusqu’à la fin du mandat. De plus la parité hommes femmes et jeunes sont aussi importantes, si l’on veut pouvoir représenter le pays correctement  ».

Sur les questions de l’environnement et de développement économique et social, le responsable associatif affirme qu’il est plus difficile de résumer cela en quelques brefs points, puisque cela dépend de la collectivité concernée. De grandes disparités sont présentes sur l’ensemble du territoire, il peut être complexe de ne retenir que certains points. Mais on peut noter que concernant la région de Casablanca, il s’agirait plutôt d’axer ces mesures autour des questions des transports, de l’aménagement urbain ou encore du commerce équitable.  Alors que dans d’autres régions, il serait plus à même de développer l’accès aux services publics. De manière générale ont été retenues les questions relatives à la gestion des ordures, aux préventions sanitaires, à la protection des zones naturelles et à la mise en place de taxes pour les industries polluantes.

article suivant

Pour la première fois en une décennie, le coût du risque baisse pour les banques marocaines

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.