Le Maroc, élement moteur de la lutte contre l'extrémisme religieux ?

Benny Avni, journaliste du New York Post, signe un billet remarqué, dans l’édition du vendredi 14 août, où il met en avant le succès du Maroc à lutter contre l’extrémisme religieux.

Par

Prière dans une mosquée
Photo d'illustration. Crédit : AFP / Patrick Hertzog

Rappelant que le Maroc reste une cible permanente, pour les groupes terroristes, en citant notamment les attentats de 2003, Benny Avni insiste sur l’ouverture d’esprit du Maroc, pour tenter de contrer l’extrémisme religieux. Elias El Amrani, analyste sur les questions de défense et de coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme, dans l’enquête du journaliste, rapporte la portée de certains actes : « Plutôt que de réprimer les islamistes qui veulent participer au système, le roi Mohammed VI a encouragé l’inclusion de toutes les parties qui veulent le concurrencer politiquement. » Benny Avni rebondit en rappelant à ses lecteurs l’appartenance politique de l’actuel chef du gouvernement Abelilah Benkirane.

Par la suite, le journaliste met en avant la faculté du royaume à proposer une approche modérée de l’Islam. Il décrit la mise en place par le Ministère des Habous et des affaires islamiques, d’un programme de formation des Imams et morchidates, pour contrer les messages nauséabonds et extrémistes de certains groupuscules rattachés de près ou de loin à des mouvances terroristes.

« Cette façon de pratiquer l’Islam à travers les vertus de la modération et du juste milieu, paye ses fruits », selon l’analyste. Ce dernier évoque même la multitude d’experts venus du monde entier, de la Finlande jusqu’au Nigéria, pour observer les spécificités et les caractéristiques de la méthode marocaine. « Combattre le faux Islam par “la vraie chose” », résume ainsi Benny Avni.

Citant Abdellatif Begdouri Achkari, chef de cabinet au ministère des Affaires Islamiques du pays, il conclut son article par ces mots : « La criminalité peut être résolue par le système judiciaire. Mais l’idéologie, l’extrémisme, ne peut être combattue qu’avec la bonne idéologie. »

Et si la lutte efficace contre les mouvances terroristes passait par là ? semble nous demander le journaliste. Devant le combat long et désorganisé mené contre l’État Islamique et ses alliés  actuellement, cela pourrait en effet avoir bien plus de poids qu’il n’y paraît. Pour l’auteur, le Maroc a en tout cas tout en main pour s’ériger en modèle en matière de lutte idéologique contre l’extrémisme.

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité