Polémique à Paris autour de l'organisation de la journée "Tel-Aviv sur Seine"

La journée "Tel-Aviv sur Seine" prévue le jeudi 13 août, dans le cadre de la 14ème édition de Paris Plages, suscite la polémique. Depuis quelques jours, des internautes, des associations et des politiques français réclament l'annulation de l'événement qui met en avant Israël.

Par

Dans le cadre de Paris Plages, une journée est consacrée à Tel-Aviv, deuxième ville d'Israël, le jeudi 13 août.

Dans le cadre de la 14ème  édition de Paris Plages organisée par la mairie de la capitale française, une journée sera consacrée à Tel-Aviv le jeudi 13 août.  L’opération « Tel-Aviv sur Seine » met en avant la deuxième ville d’Israël, le temps d’une manifestation lors de laquelle les Parisiens seront invités à découvrir la culture, la gastronomie ou les loisirs de la capitale économique d’Israël.

Née d’un partenariat entre la ville de Paris et de Tel-Aviv en mai dernier, cette journée est loin de faire l’unanimité en France. Depuis quelques jours, une polémique ne cesse d’enfler autour de la tenue de cette manifestation qui fait honneur à Israël, dix jours après la mort d’un bébé palestinien brûlé vif et de son père, dans un attentat commis par des extrémistes juifs en Cisjordanie. Les internautes ont réagis sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’organisation de cette journée. Une pétition, actuellement en ligne, pour réclamer l’annulation de l’événement, a déjà réuni plus de 14 000 signatures en seulement trois jours rapporte l’agence de presse AFP.

L’association France-Palestine a estimé qu’il s’agissait d’« une opération de com’ au goût amer » et d’« une bien étrange façon de faire échos aux massacres de l’été dernier » dans la bande de Gaza. Ce weekend, Danielle Simonet, une conseillère à la mairie de Paris a dénoncé quant à elle « l’indécence »  et le « cynisme » de cette journée dont elle souhaite l’annulation.

Aucune annulation n’est toutefois prévue par la mairie de Paris. Dimanche 9 août, l’adjoint à la mairie de Paris a annoncé que la ville n’envisageait pas d’annuler l’événement, indique le quotidien Le Parisien. Le responsable appelle à ne pas faire « l’amalgame entre la politique brutale du gouvernement israélien et Tel-Aviv, ville progressiste, symbole de paix et de tolérance ».

La tenue de l’événement jeudi prochain à Paris commence à inquiéter de plus en plus les autorités qui craignent un débordement. Lundi 10 août, l’association  CAPJPO-Europalestine (Coordination des appels pour une paix juste au Proche-Orient) a annoncé, sur le site internet, la tenue d’une manifestation jeudi 13 août si l’événement n’est pas annulé.