Un Marocain désigné « entrepreneur Immigré de l'année » en Italie

Abderrahim Naji, un marocain qui gère une usine de produits plastiques pour l’industrie automobile en Italie a reçu le prix de l’«entrepreneur immigré de l’année ».

Par

Crédit : DR

Le Marocain Abderrahim Naji a été désigné « entrepreneur  immigré de l’année » en Italie en reconnaissance « de son esprit d’initiative, son courage et son succès». C’était le  jeudi 25 juin à Rome dans le cadre de la 7e édition du MoneyGram Award, rapporte la MAP.

Âgé de 48 ans et originaire de Béni Mellal, Abderrahim Naji gère une petite usine de fabrication de  produits plastiques moulés notamment pour l’industrie automobile, qui emploie  une quarantaine de personnes, dont plusieurs de ses concitoyens.  Naji est installé depuis 1990 en Italie où il a trouvé en emploi dans la même usine, à Padoue (nord), dont il est devenu le patron quelques années plus tard. « J’ai réalisé un chiffre d’affaires de 6,6 millions euros l’année dernière  et grâce à Dieu ce chiffre pourrait atteindre cette année 10 millions euro »,  a-t-il confié à la MAP, en gardant l’espoir d’ «installer une usine au Maroc ».

L’entrepreneur marocain fait également observer que « les jeunes Marocains sont doués ».  « J’en connais plusieurs. Il suffit de  leur offrir une chance et de leur faire confiance pour voir les résultats concrets de leur travail » a-t-il souligné.

Plus de 41 000 entreprises ont un patron marocain en Italie

Selon des statistiques, des 249.464 entreprises ayant un patron étranger  actives à la fin de 2011, 41 223 ont un patron marocain, en grande majorité un  homme (90 % des cas).

L’entrepreneuriat marocain en Italie est un phénomène récent principalement  concentré dans certaines zones de la péninsule et dans certains secteurs de  production. Ainsi, à la même date (2011), les Marocains ont  5000 entreprises  dans le Piémont, 4000 en Lombardie, 3000 en Émilie Romagne, 2000 en Calabre, Vénétie et Toscane, presque 2000 dans le Latium et plus de 1000 en Sicile et en  Campagnie.

 

article suivant

Spécial rentrée littéraire : “La porte du voyage sans retour” de David Diop