Antennes relais: Des habitants de Meknès obtiennent gain de cause face à Maroc Telecom

Dans son jugement, le magistrat en charge de l'affaire indique qu'aucune étude scientifique n'a pu prouver que les antennes relais n'avaient pas d'impact négatif sur la santé des habitants. 

Par

Antenne-relais. Crédit : Cedric-Meleard/Flickr

Suite à une décision de justice l’opérateur téléphonique Maroc Telecom a du arrêter l’installation d’une antenne relais dans le quartier d’El Bassatine à Meknès. Ce jugement fait suite à une plainte déposé par les habitants de la zone qui estimaient que l’installation de cette antenne pouvait nuire à leur santé

Lors du procès, l’opérateur historique a défendu son projet en faisant référence a une circulaire du ministre de la Santé Cheikh Biadillah du 22 mai 2003 qui n’établit pas de manière catégorique que les antennes relais ont un impact négatif sur la santé. Maroc Telecom a également indiqué que l’installation de l’antenne relais se faisait dans le cadre d’un cahier des charges supervisés par l’ANRT.

Ce jugement revêt un caractère inédit. Le juge qui a statué sur l’affaire n’a pas demandé aux habitants de prouver que l’antenne relais était nuisible à leur santé. Pour livrer son jugement, le juge a indiqué qu’aucune recherche scientifique n’a pu prouver que le champ magnétique généré par l’antenne ne pouvait pas générer de problème de santé chez les habitants. Le magistrat a également souligné que l’installation de cette antenne relais mettait en péril la « quiétude » des habitants.

Ce n’est pas le premier jugement du genre. En aout 2014, le tribunal  de commerce d’Oujda avait livré un jugement similaire. Un jugement qui a encouragé les habitants d’ El Bassatine a déposé leur plainte. Le magistrat ayant statué sur cette affaire a d’ailleurs fait référence au cas d’Oujda estimant qu’il faisait jurisprudence.

Le texte du jugement.

7947390-12353886 7947390-12353889 7947390-12353899 7947390-12353901

article suivant

Othman El Ferdaous au chevet des salles de cinéma