A Mawazine, Usher laisse dubitatif

Devant un public d’une densité impressionnante, Usher a livré un concert d’une platitude déconcertante le 5 juin sur la scène de Mawazine.

Par

La prestation d’Usher le 5 juin sur la scène de Mawazine nous laisse dubitatifs.  Usher entre sur scène avec près d’une heure de retard. Il faut bien reconnaître qu’il arrive sous les bruyantes acclamations d’un public déjà nombreux et qui ne cesse d’affluer. Mais lorsque le chanteur américain commence à chanter, la ferveur redescend petit à petit. Les fans sont habitués à visionner ses clips et écouter les morceaux sur leurs baladeurs, sur lesquels la voix est travaillée et retravaillée par ordinateur. La réalité crue du live est tout autre. La voix d’Usher, même en live, reste exceptionnelle, mais il y a un gouffre entre les enregistrements en studio et ce que le public a pu entendre vendredi soir à Rabat. Pis encore. Les grimaces du chanteur lorsqu’il pousse dans les aigües. Yeux fermés, zygomatiques crispés et sourcils froncés, Usher tient la pause et la note pour la photo et ne s’en départ que pour un sourire d’autosatisfaction. « Ça fait lover », paraît-il.

Derrière sa voix, un accompagnement musical brouillon. Des cuivres aux notes répétitives, un chœur que l’on entend à peine et un DJ qui massacre le tout à gros coups de scratch. Sur cette soupe de sons bruyants, des danseurs gesticulent et se roulent par terre d’un bout à l’autre de la scène.

Une partie du public semble pourtant avoir été conquis, comme en témoignent ces quelques tweets postés durant ou après le concert.

article suivant

La Fondation des musées fait appel à des experts chinois pour restaurer ses oeuvres

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.