Maroc -Togo. Quelles relations économiques entre les deux pays?

Une délégation d'une centaine de représentants d’entreprises marocaines se rendra au Togo le 25 mai pour une mission économique. L'occasion de faire le point sur les relations économiques entre les deux pays.

Par

Crédit : DR

Maroc Export et la Banque Populaire accompagnent, du 25 au 30 mai, une centaine d’entreprises exportatrices marocaines vers trois nouvelles destinations business dont le Togo.

Cette mission qui intervient suite au succès de la 1ère édition de « B to B in Africa », organisée en juin 2014 au Bénin, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, vise à permettre aux entreprises nationales de nouer des partenariats commerciaux et industriels et de développer les différentes pistes de coopération existantes avec leurs homologues des pays ciblés.

Organisé par Maroc Export et la Banque populaire, le prochain déplacement au Togo sera mené par Mohamed Abbou, le ministre délégué auprès du ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement, chargé du Commerce extérieur. Les secteurs représentés sont le BTP, l’énergie et l’électronique, l’agro-industrie et produits de la mer, l’industrie métallique et métallurgique, la parachimie, l’industrie pharmaceutique, le textile et  les TIC. Le but de cette visite est de faire le point sur les relations économiques et commerciales entre le Maroc et le Togo et sur les entreprises marocaines déjà implantées au Togo.

On rappellera que le Togo est le 48e partenaire commercial du Maroc tandis que le royaume est le 21e  fournisseur du pays d’Afrique de l’Ouest (1% des importations) et son dixième client (2,3% des exportations). Le Maroc importe principalement du Togo, du café, du coton mai aussi du cacao et des fruits tropicaux. Mais le royaume exporte essentiellement  vers le Togo des  produits alimentaires composés de couscous, des boites de conserves, de l’huile mais aussi des produits  finis et  câbles électriques.

Les trois premières banques marocaines présentes au Togo

Le Maroc est également présent au Togo a travers les investissements. En 2013, Le Togo figurait au deuxième rang des pays récepteurs des investissements marocains sur le continent  avec 323 millions de dirhams investis dans le pays sur près de  1,25  milliards de dirhams qui ont été investis en Afrique. Le investissements touchaient notamment le secteur  bancaire avec l’implantation des filiales Attijariwafa Bank, Banque populaire et BMCE Bank.

Ainsi  en septembre 2014 ,Attijariwafa a finalisé l ’opération d’acquisition de 55% du capital de BIA-Togo après l’obtention de l’ensemble des autorisations réglementaires requises. De même l’institution bancaire marocaine Banque Populaire a repris Banque Atlantique Togo (BATG Maroc) .

De son côté , Bank of Africa (BOA) la nouvelle filiale du groupe panafricain majoritairement détenu par le BMCE Maroc  depuis 2010  a ouvert une filiale en octobre 2013 dans certaines villes togolaises.

Toujours dans le domaine des services, le Groupe marocain Saham assurance est aussi présent au Togo en rachetant l’assureur panafricain Colina Assurance.

Lomé, siège régional Afrique de Hit Radio

Le Maroc est également présent dans ce pays francophone de l’Afrique de l’Ouest via le secteur des télécoms et celui des médias. Depuis la cession de 53% des actions de Maroc Télécom par Vivendi à l’opérateur émirati Etisalat, le groupe Maroc Télécom a acquis plusieurs filiales du groupe émirati  présentes en Afrique subsaharienne. Dans ce cadre, Maroc Télécom a finalisé l’acquisition de la filiale d’Etisalat  Moov  au Togo.

Hormis Maroc Télécom, le groupe Hit Radio a obtenu en 2013 une licence pour émettre au Togo. La station de Younes Boumehdi  a même fait de la capitale togolaise, Lomé, son siège régional Afrique.

Quelles opportunités d’investissement au Togo?

Le Togo présente un PIB de 4,8 milliards de dollars pour une population estimée à environ 6,8 millions d’habitants dont 42 % ont moins de 15 ans.

Le pays présente depuis 2012 un taux de croissance supérieur ou égal à 5%. Selon le FMI, en 2014, la croissance économique est restée autour de 5%, et l’inflation était proche de zéro « reflétant en particulier une réduction des prix des denrées alimentaires».

La croissance en 2015 devrait être la plus forte enregistrée du pays dans la dernière décennie. L’institution table en effet sur une croissance de 5,5%  de l’économie togolaise, grâce notamment aux projets d’infrastructures lancés dans le pays mais aussi avec  l’entrée en service de l’usine de clinker.

Comme en 2013 et en 2014, l’activité sera également soutenue par les investissements publics et privés et par le secteur primaire, essentiellement avec la production et l’exportation de phosphate (dont il est le quatrième producteur mondial) et de ciment. L’économie togolaise devrait aussi  tirer profit de son activité portuaire et aéroportuaire en pleine expansion. Le pays qui veut devenir une plate forme des services dans la sous-région a déjà enregistré des investissements dans ce secteur notamment dans le secteur bancaire.

Le pays dispose entre autres d’une zone franche destinée à promouvoir le développement économique et industriel et s’est également doté d‘un nouveau code des investissements offrant de nombreux avantages aux investisseurs.

article suivant

Débat présidentiel : les punchlines de Donald Trump et Joe Biden