Face aux impayés des clients, l'accord à l'amiable est privilégié

Coface a réalisé un sondage sur les délais, crédits et retards de paiement pratiqués par les entreprises.

Par

Yassine Toumi/TelQuel

Le délai de paiement influence directement la trésorerie d’une entreprise. Les petites entreprises marocaines dénoncent souvent que les plus grosses compagnies (parfois publiques), qui sont leurs clientes, tardent à les payer. C’est d’ailleurs pour répondre à ce fléau qu’une loi est venue encadrer les délais de paiement en 2011. Coface a dédié une étude à la question en réalisant un sondage par Internet auprès de 307 entreprises au Maroc.

Les résultats de l’étude intitulée Les comportements de paiement des entreprises au Maroc révèlent que le mode de paiement préféré par les entreprises est le chèque (33 %).

preference de mode de paiement

La plupart des sociétés déclare accorder des crédits à leurs clients (90 %). 10 % des répondants annoncent même accepter un crédit de plus de 120 jours. Mais la tranche de délai de paiement la plus fréquente est entre 30 et 60 jours, une moyenne semblable à celle observée en Europe par exemple.coface

En revanche, les entreprises doivent souvent faire face à des retards de paiement, en moyenne de 30 jours. 12 % des répondants estiment même à plus de 120 jours le retard moyen. Alors que la nouvelle loi prévoit des pénalités de retard (indexées sur le taux directeur), 80 % d’entre elles ne les imposent pas à leurs clients.

retard de paiement

Coface a également regardé le ratio d’impayés et les problèmes de trésorerie des entreprises, et a pu en dégager, sans grande surprise, une corrélation. Logiquement, plus les retards d’impayés s’accroissent, plus la trésorerie diminue. Surtout que le ratio d’impayés est assez élevé au Maroc, d’après l’étude. 28 % des entreprises l’estiment en effet à 10 %.

Aussi, le cabinet a interrogé les sociétés sur leurs pratiques de recouvrement d’impayés. L’accord à l’amiable est le plus pratiqué, suivi de l’arrêt des livraisons.

A noter que si Coface a réalisé cette étude, c’est notamment parce qu’elle propose des assurances-crédits aux entreprises.

Lire aussi : BMCE Bank. Minée par les impayés