En 2015, qui investit au Sahara ?

60 projets d'investissements d'un montant total de 6 milliards de dirhams au Sahara : en 2015, on attend la création de pas moins de 10 000 emplois, sous l'impulsion d'entreprises marocaines comme étrangères.

Par

Hélice d'éolienne à Laâyoune
Hélice d'éolienne à Laâyoune. 1,8 milliard de dirhams doit être investi dans le secteur de l’Énergie. Crédit : jbdodane/ Flickr

Au Sahara aussi, on investit : c’est le message qu’a voulu transmettre la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) le samedi 28 mars à Laâyoune, à l’occasion du Forum de l’investissement dédié aux régions du sud, où elle a dressé le bilan des projets d’investissements qui y sont prévus pour 2015.

Ce Forum d’investissement est la réponse de l’Etat et du patronat, au rapport critique du Conseil Economique et Social (CESE) publié fin 2013 sur le modèle de développement des provinces du sud. Le rapport dénonçait ainsi, en dépit des lourds investissements de l’Etat, des exonérations de taxes et des indicateurs de développement humains plus élevés que la moyenne nationale, le taux de chômage élevé, plus élevé que dans le reste du Maroc, surtout chez les jeunes.

Or, d’une enveloppe globale de 6 milliards de dirhams, ces investissements concernent une soixantaine de projets et devraient générer plus de 10 000 emplois directs dans les régions de Laâyoune-Boujdour-Sakia Lhamra, Oued Ed dahab-Lagouira et Guelmim-Smara.

Le plus grand nombre de projets d’investissement est enregistré dans le secteur des services (12 projets) et de l’agroalimentaire (10 projets). Mais en termes de montants investis, c’est le secteur immobilier/BTP/tourisme qui arrive en tête, avec un montant de 2,7 milliards de dirhams (soit plus d’un tiers de l’enveloppe totale), suivi du secteur de l’Énergie qui mobilise quant à lui 1,8 milliard de dirhams. Laâyoune concentre la plus grande part de ces projets (37), suivie par Dakhla (15), loin devant les autres villes (Guelmim reçoit trois projets).

Quels projets ?

Ce sont des sociétés marocaines comme étrangères qu’on retrouve derrière ces investissements. Dans le secteur de l’énergie, le groupe Nareva installe un parc éolien dans la province de Tarfaya qui doit produire l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville marocaine de 500 000 habitants.

Pour ce qui est de l’industrie, les Eaux minérales d’Oulmès installent une unité d’embouteillage d’eau et de boissons à Bir Guendouz, d’une capacité de production de 20 millions de litres attendue en 2020, et une plateforme logistique à Dakhla.

Dans le secteur du BTP, le groupe Addoha construit des unités de logement à Laâyoune et El Marsa. Cimasud installe quant à elle une unité de broyage et de conditionnement de ciment à Laâyoune.

Enfin, dans le domaine de la santé, l’Espagnol Hospitales San Roque ouvre une clinique généraliste à Laâyoune et Zenith Pharma y installe une plateforme de distribution de produits parapharmaceutiques.

Formations pour les jeunes

Dans le cadre de ce forum, la CGEM a signé des conventions de partenariats et des conventions-cadre avec l’OFPPT, Microsoft Maroc, Injaz Al Maghrib et la Fondation Phosboucraâ de l’OCP. Il s’agit notamment de la mettre en place des programmes de formation gratuits afin de favoriser l’accès à l’emploi de la jeunesse locale.

La CGEM a procédé à l’ouverture d’une CGEM dans la région du Sud en novembre 2013 et a réalisé une monographie du tissu économique et social de la région, préalablement à l’organisation de ce Forum.

article suivant

"Arabiyat" : ode aux femmes arabes en dix films

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.