Les MRE de Belgique de retour au pays bénéficieront de l'assurance maladie

Les Marocains qui ont cotisé en Belgique peuvent désormais prendre leur retraite au Maroc en profitant de leur couverture maladie, financée par la sécurité sociale belge.

Par

Crédit: Yassine Toumi
Crédit: Yassine Toumi

Une convention belgo-marocaine a été signée l’an dernier et est entrée en vigueur depuis quelques jours. Les Marocains et Belgo-Marocains qui ont travaillé en Belgique, une fois de retour au Maroc, pour finir leur carrière ou profiter de leur retraite, continuent désormais à bénéficier de leurs prestations maladie.

Concrètement, les personnes qui s’installent au Maroc sont couvertes par l’Assurance maladie obligatoire (AMO). La CNSS se fait ensuite rembourser par l’assurance maladie belge. Celle-ci paie même une majoration de 8 % des prestations que lui transfère la CNSS, au titre des frais de dossier. Tous les ayants droits (conjoint non divorcé et enfants à charge) peuvent bénéficier de cette couverture. Lorsque la personne continue sa carrière au Maroc mais est victime d’un accident du travail, la CNSS doit en avertir l’administration belge.

310 000 Marocains de Belgique concernés

Cet accord est gagnant-gagnant. En effet, jusqu’à présent, certains MRE de Belgique hésitaient à prendre leur retraite au Maroc à cause du manque de couverture sociale. Cette convention devrait les inciter à revenir au pays, et ainsi à dépenser et investir au Maroc. De l’autre côté, la Belgique devrait aussi y gagner, étant donné que les prestations marocaines, même si elle les rembourse, sont moins coûteuses que celles proposées en Belgique.

Actuellement, près de 5 500 travailleurs touchant des pensions belges résident au Maroc, d’après le ministère des Affaires sociales et de la santé publique belge. Mais d’après les chiffres de 2011, 311 000 Marocains résident en Belgique : autant de potentiels MRE qui reviendront peut-être au Maroc au moment de leur retraite.

Lire aussi : MRE: les retraités marocains de France discriminés

article suivant

Au large de Dakhla, l’israélien Ratio Petroleum Energy cherche du pétrole et du gaz