Maroc-Nigeria: un coup de téléphone et un accroc diplomatique

Le ministère des Affaires étrangères a expliqué le refus de Mohammed VI de s'entretenir avec le président Goodluck Jonathan: le contexte électoral au Nigeria et sa position hostile au Maroc sur le Sahara.

Par

Le président nigérian Goodluck Jonathan et Mohammed VI.
Le président nigérian Goodluck Jonathan et Mohammed VI. Crédit: DR

Le président Goodluck Jonathan a souhaité s’entretenir par téléphone vendredi 6 mars avec Mohammed VI mais le souverain marocain n’a «pas jugé opportun d’accéder à cette demande». Cette décision «a été officiellement notifiée» le lendemain au diplomate nigérian en poste à Rabat par le ministère des Affaires étrangères. Pour justifier ce refus, le ministère a évoqué dans un communiqué publié dimanche 8 mars «le contexte électoral» au Nigeria, en référence à la présidentielle du 28 mars, ainsi que les «positions hostiles» d’Abuja sur le dossier du Sahara.

Goodluck Jonathan «est président depuis cinq ans et n’avait jusque-là effectué aucune demande de contact téléphonique. (…) On ne peut donc trouver qu’une signification à sa démarche: celle de vouloir s’afficher avec un dirigeant d’un pays arabe et musulman» à l’approche des élections, a expliqué à l’AFP une source diplomatique marocaine. «C’est une question de principe. Nous souhaitions éviter une tentative de récupération politique», notamment vis-à-vis des populations du nord du Nigeria, à majorité musulmane, a-t-elle ajouté.

Le Maroc reproche en outre au Nigeria d’être «à l’avant-garde du bloc hostile» au royaume sur la question du Sahara, a avancé cette source diplomatique. Fin 2013, le Nigeria avait notamment abrité une réunion de soutien à la «cause sahraouie», lors de laquelle le président algérien Abdelaziz Bouteflika avait appelé à la mise en place d’un mécanisme international de surveillance des droits de l’homme au Sahara.

Le Maroc, qui s’oppose vigoureusement à une telle démarche, avait rappelé provisoirement son ambassadeur à Alger pour protester contre ces propos.

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré