L'Office des changes a des informations sur les fonds détenus à l'étranger

Telquel.ma s’est entretenu avec  le directeur de l’Office des changes suite à la conclusion de l’opération d’amnistie financière.

Par

Jaouad Hamri
Jaouad Hamri, directeur de l'Office des changes. Crédit : DR.

L’opération d’amnistie financière a permis le rapatriement de 27,8 milliards de dirhams. Un résultat qui dépasse largement les attentes qui se situaient autour de cinq milliards de dirhams. Mais qu’en est-il de la période post-amnistie ? Telquel.ma s’est entretenu avec le directeur de l’Office des changes, Jaouad Hamri, à ce sujet.

L’amnistie financière a permis le rapatriement de 27,8 milliards de dirhams. Quelle est votre réaction suite à l’annonce de ce résultat ?

Je ressens un sentiment de satisfaction totale.  Jamais une opération réalisée par les autorités marocaines n’a eu un succès aussi important. Si l’on évalue cette opération au niveau international, le Maroc a réalisé une très belle opération à en croire les benchmarks internationaux. Cette opération a démontré que les citoyens marocains étaient matures. Ils ont fait preuve de patriotisme.

Maintenant que la période d’amnistie est close, comment seront traités les « fraudeurs » ? Comment procédez-vous à leur identification ?

Ces personnes seront traitées selon les textes en vigueur et se verront pénalisés avec un taux supérieur à 40%. Sinon, ils seront déférés devant la justice. Nous avons des moyens de contrôle et nous connaissons les techniques de sortie de capitaux. Je veux aussi signaler que nous entretenons un dialogue constant avec les autres administrations nationales et que nous disposons de bases de données étrangères. A partir de l’année 2017, il y’aura un échange automatique d’informations ( bancaires, ndlr) à l’international. Nous mettrons en œuvre tous les moyens pour repérer et pénaliser ces personnes.

Qu’en est-il des retardataires qui souhaitent bénéficier de l’amnistie fiscale ?

Concernant ces cas-là, il y’a un état d’esprit d’ouverture. Ces personnes la devraient bénéficier de taux favorables, entre 15 et 20%, mais cette question est encore discutée en interne.

Et les ex-MRE ?

Les ex-MRE disposent d’un régime favorable et un texte de loi relatif à leur cas en est à un stade avancé. Il a bien été reçu par les parlementaires et devrait être adopté d’ici la fin du mois de janvier ou le début du mois de février.

Cette rentrée d’argent aura-t-elle un impact sur l’assiette fiscale ?

L’amnistie financière permettra un élargissement de l’assiette fiscale.  Le patrimoine ne sera pas soumis à l’imposition mais les revenus générés grâce à ce patrimoine le seront.

article suivant

Viol collectif : 20 ans de prison ferme pour les agresseurs de Khadija