Enquête: 80% des Marocains ignorent l’identité de leurs élus locaux

Exclusif. Une enquête menée par Averty et la Fondation Abderrahim Bouabid sur les prochaines élections municipales confirme le peu d'intérêt des Marocains envers les élections locales ou législatives.

Par

Une femme vote dans un bureau de vote au Maroc le 25 novembre 2011 près de Tiflet.
Crédit : A Senna / AFP

Cela peut choquer, mais à quelques mois des élections communales une grande partie de Marocains ne savent pas qui exerce le pouvoir décisionnaire au niveau local, et moins de la moitié ont l’intention de voter lors des prochaines élections. C’est l’une des conclusions que l’on peut tirer de l’enquête menée par la Fondation Abderrahim Bouabid et l’institut de sondage Averty auprès de 1 038 personnes durant le mois de décembre 2014, et dont les résultats doivent être annoncés lors d’une conférence de presse ce vendredi 9 janvier à 17h à Rabat.

Les Marocains ne connaissent pas l’identité de leurs élus locaux

Selon cette étude, plus d’un tiers de la population marocaine (38,7%) ignore qui détient le pouvoir de décision au niveau local. 34,5% des sondés pensent que ce pouvoir est détenu par les autorités locales (gouverneur, wali, caïd), 21,1% par les élus locaux (conseil municipal ou conseil de la ville) tandis que 5,6% croient que ce pouvoir revient aux parlementaires.

Les Marocains ignorent également l’identité des présidents des Conseil de la ville, si l’on en croit les réponses des sondés. Seulement 19,7% d’entre eux connaissent l’identité du président de leur commune. A noter qu’un peu plus de 25% des hommes interrogés connaissent son identité contre un peu moins de 9% des femmes.

presidentdecommuneLes Marocains ne comptent pas voter aux prochaines élections

L’étude menée par Averty et la Fondation Abderahman Bouabid montre également que seulement 45,1% des personnes interrogées ont déjà voté. Un pourcentage qui augmente avec l’âge des sondés : ce taux s’élève à 67% chez les personnes âgées de plus de 35 ans et atteint les 86% chez les plus de 55 printemps. Des chiffres qui ne devraient pas connaître d’amélioration lors des prochaines élections communales puisque seulement 44,3% des sondés ont fait part de leur volonté de voter lors de ce scrutin. 27,2% de l’échantillon déclare qu’il ne votera pas, et 28,5% ne sait pas.

Les femmes et les jeunes encore moins concernés par les élections

Le sondage réalisé par Averty nous apprend également que les femmes se sentent encore moins concernées par la politique que les hommes. En effet, seul 9% des femmes interrogées dans le cadre de cette enquête connaissent le nom du président de leur conseil municipal, contre 25% d’hommes.

Surtout, l’étude révèle le peu d’intérêt des jeunes envers la vie politique. Seulement 42,7% des personnes âgées entre  25 et 34  ans sondées par Averty déclarent avoir voté par le passé.  Cette situation ne devrait pas s’améliorer lors des prochaines élections législatives car seulement 43,8% des 25 – 34 ans se sont inscrits sur les listes électorales. 23,3% des personnes appartenant à cette catégorie ne savent toujours pas s’ils vont s’inscrire. Quant aux 18-24 ans, 64% d’entre eux ne comptent pas voter lors des prochaines élections tandis que 17,2% ignorent s’ils comptent s’inscrire sur les élections.

Date elections

A noter que 29% des sondés ignorent la date des élections communales tandis qu’un peu plus de 40% d’entre eux ignorent la date des prochaines élections législatives (2016). Un chiffre qui pourrait être expliqué par le fait que 83% des sondés ne sont pas affiliés à un parti politique.

 

Le civisme principale motivation pour les votants

Quelle est la principale motivation derrière le vote des Marocains ? Pour 47,5% des personnes interrogées par Averty, le civisme est la principale motivation, suivi de la volonté de « renforcer la démocratie locale » (24,7%). 13,2% des sondés veulent faire gagner leur camp politique tandis que 11,5% des personnes interrogées votent car un élu local peut améliorer leur quotidien.

critereEnfin, l’honnêteté des candidats est le principal critère de vote pour 52,2% de l’échantillon d’Averty. Pour 38,7% des sondés, la compétence des candidats est le principal critère de vote et 21,4% des sondés votent en fonction du pouvoir réel des élus. Quant à ce que les Marocains attendent de leurs élus, 48,7% des sondés placent la propreté et le traitement des déchets en priorité, 37,8%  la gestion des services de l’état civil, 36,7% l’électricité et assainissement et 34,9% l’entretien des routes.

Lire aussi : Sondage exclusif: Les Marocains aimeraient croire en la politique, mais…

article suivant

Casablanca : réouverture des écoles à partir du 5 octobre, et prolongation des mesures restrictives