FIFM 2014: Un moment de cinéma avec un non-voyant

Quels sont les sentiments d'un non-voyant quand il regarde un film au cinéma ? Telquel.ma a assisté à une projection en compagnie de Jalal, un trentenaire non-voyant. 

Par

Un non-voyant assis dans une salle de cinéma.
Projection pour non-voyants au Festival international du Film de Marrakech. Crédit : Yassine Toumi

Mardi 9 décembre à 13h45. Par une journée ensoleillée dans la ville ocre, nous nous dirigeons vers la salle des ambassadeurs du palais des congrès de Marrakech. Le film Pas de scandale du cinéaste français Benoît Jacquot est projeté à 14 heures. Le pitch ? Un grand patron d’industrie fraîchement sorti de prison retrouve sa femme et ses enfants. Des retrouvailles glaciales, car le patron n’est plus le même. Les personnages sont campés par Isabelle Huppert et Fabrice Luchini.

Fan de Claude Chabrol et de Youssef Chahine

Nous entrons dans la salle. Une vingtaine de personnes, munies de cannes et accompagnées, entrent et s’installent. La séance du jour est prévue pour les non-voyants. Jalal, la trentaine, s’installe près de nous. « J’aime bien le cinéma français, je trouve que les histoires ne sont pas trop tirées par les cheveux comme les films américains », nous confie Jalal, venu exceptionnellement de Nador pour assister aux projections de films en audiodescription.

Derrière ses lunettes noires, l’émotion de ce cinéphile est palpable. Volubile, il partage sa passion pour le Français Claude Chabrol et l’Égyptien Youssef Chahine. Depuis son adolescence, il dit « sentir les situations et la couleur de la robe d’une belle femme ». Il coupe court à la conversation lorsque le film commence.

Une histoire de lèvres

Au début du film, une voix féminine décrit chaque scène et les profils des personnages. Une voix qui ne déplaît guère à Jalal : « derrière cette voix off captivante, se cache une belle femme blonde comme [il] les aime». Ce féru de 7e art a perdu la vue alors qu’il avait 10 ans et il dit garder précieusement des souvenirs de la beauté des femmes blondes de sa région.

Une autre voix le captive, celle de l’actrice d’Isabelle Huppert, que Jalal imagine comme une femme grande, blonde également, et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Quelques scènes plus tard, l’actrice Vahina Giocante embrasse Fabrice Luchini. « Ses lèvres sont-elles fines ou pulpeuses ? », demande Jalal.

article suivant

118 établissements scolaires fermés pour contamination au Covid-19, et 413 élèves positifs depuis la rentrée