Viggo Mortensen: «J'ai appris la darija en quelques mois»

L'acteur américain Viggo Mortensen, venu présenter Loin des hommes, a reçu l'hommage dimanche du FIFM. Il nous raconte comment il a appris la darija en quelques mois pour jouer dans ce film sur la décolonisation de l'Algérie.

Par

Viggo Mortensen
Viggo Mortensen au Festival international du film de Marrakech. Crédit : Yassine Toumi

Lundi 8 décembre à 10 heures pétantes, l’acteur américain Viggo Mortensen nous reçoit à son hôtel pour une table ronde – mais en petit comité – afin de nous parler de son dernier film Loin des hommes, du Français David Oelhoffen, projeté la veille hors compétition place Jamaâ el Fna. Il y campe le personnage de Duru, un instituteur français vivant en Algérie en 1954 et qui escorte un compagnon d’infortune (Reda Kateb), aux premières heures de la guerre d’indépendance.

« Un ami m’a appris les subtilités de la darija »

Dans ce film, Viggo Mortensen parle couramment trois langues : le français, l’espagnol et, contre toute attente, la darija. « Pour apprendre la darija, il m’a fallu quelques mois. J’ai commencé avec un ami qui s’appelle Abdou et qui habite à Erfoud. Celui-ci m’a appris toutes les subtilités de ce dialecte. Peu de temps après, j’ai appris également l’arabe avec une Algérienne », confie à Telquel.ma l’acteur américain, qui évoquait plus volontiers le film que son parcours.

Il est notamment revenu sur les conditions du tournage au Maroc, tout en établissant un parallèle avec le film Hidalgo de Joe Johnston, tourné également au royaume en 2002. « Pendant le tournage de Hidalgo, nous étions très tendus car Bush envisageait déjà d’attaquer l’Irak et nous avions peur que les Marocains nous perçoivent comme des conquérants, à l’image du président américain. Pour Loin des Hommes, l’ambiance était plus détendue ».

A noter que 7 000 personnes ont répondu présents le 7 décembre, à la projection place Jamaâ El Fna du film Loin des Hommes. Ému par l’hommage qui lui a été rendu par le FIFM, qui lui a donné une Étoile d’or, l’acteur a déclaré « Je suis fier de ce que nous avons réalisé, en famille, avec notre équipe marocaine, algérienne et française », notant que le tournage avait pris fin « il y a exactement un an, non loin d’ici, dans les montagnes de l’Atlas ». Devant le public de Jamaâ El Fna, il a ensuite ajouté en darija qu’il « était chanceux de pouvoir partager ce rêve (le film Loin des hommes) avec le public marocain ».

article suivant

118 établissements scolaires fermés pour contamination au Covid-19, et 413 élèves positifs depuis la rentrée