Dahak appelle à davantage contrôler les subventions étrangères des associations

Le montant des subventions étrangères reçues par les associations serait, selon le secrétaire général du gouvernement, de 240 millions de dirhams.

Par

Le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak. Crédit : DR

Lors de la présentation d’un rapport au sein de la commission de contrôle des finances publiques concernant les subventions des associations, lundi 3 novembre, le secrétaire général du gouvernement Driss Dahak a indiqué que le montant des subventions étrangères dont ont bénéficié les associations est de 240 millions de dirhams.

Suite à cette révélation, le secrétaire général du gouvernement a estimé qu’il fallait davantage contrôler les subventions que reçoivent les associations de l’étranger. Et de préciser que celles-ci doivent prévenir le secrétariat général du gouvernement et lui présenter un rapport incluant toutes les sommes reçues.

Le ministre explique que les ONG ne déclarent pas les subventions étrangères pour trois raisons différentes. Nombreuses sont les associations, en effet, qui ne déclarent pas les sommes perçues par méconnaissance de la loi -qui stipule qu’elles doivent en faire la déclaration en spécifiant le montant et son origine. Tandis que certaines, selon le ministre, ne déclarent pas leurs subventions « par indifférence ».  Enfin d’autres ONG ne souhaitent tout simplement pas déclarer le montant de leurs subventions étrangères.

Pour mieux contrôler ces subventions, leur montant, et surtout leur provenance, le secrétaire général du gouvernement appelle à la mise en place d’une collaboration étroite entre l’Office des changes, Bank Al Maghrib et le ministère des Affaires étrangères.

A noter qu’une controverse sur le financement des associations a été soulevée par le ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad, cet été. Il avait ainsi déclaré devant le parlement le 15 juillet dernier que des associations étaient au « service d’agendas étrangers » et que les financements de ces ONG sont 60% plus élevés que ceux des partis politiques.

article suivant

PLF et nomination d'ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI