«The Cut» : un cinéaste turc s’attaque au tabou du génocide arménien

Après sa comédie Soul Kitchen, le réalisateur germano-turc, Fatih Akin revient, dans The Cut sur le parcours d’un survivant au génocide arménien.

Par

Tahar Rahim, l'acteur franco-algérien dans The Cut de Fatih Akin.
Tahar Rahim, l'acteur franco-algérien dans The Cut de Fatih Akin.

Connu pour ses positions qui font toujours polémique (la vie des kurdes en Turquie, la rentrée de la Turquie en Europe, la discrimination des femmes en Turquie, le racisme que connaissent les Turcs en Allemagne, etc.) le réalisateur Fatih Akin vient de s’attaquer à un nouveau tabou, celui du génocide arménien durant les dernières années de l’empire ottoman (1915-1917). Avec ce film, il est le premier réalisateur turc à ouvrir cette boîte de Pandore du génocide arménien que la Turquie ne veut pas reconnaître.

Après la parenthèse de Soul Kitchen, une comédie, Fatih Akin revient à son cinéma de prédilection, à savoir le drame. The Cut, œuvre épique et historique, raconte l’histoire d’un jeune Arménien (interprété par l’acteur franco-algérien Tahar Rahim) qui a survécu au génocide. Apprenant que ses deux sœurs jumelles ont également survécu, il part à leur recherche. S’ouvre alors devant un lui un long périple.

Retrouvailles de Fatih Akin avec le road movie

Le personnage principal va être obligé de découvrir la Mésopotamie, la Grèce, Cuba ou encore le Dakota du Nord. Sur son chemin, il va également faire la connaissance de personnages divers (des Arabes, des soldats britanniques, des Américains) avec qui il va témoigner de l’horreur qu’il a vécu.

Comme dans son documentaire sur la musique stambouliote, Crossing the bridge, ou son film primé à Cannes, De l’autre côté, Akin évoque les thèmes qui lui sont chers : le déracinement, l’amour, la quête et la mort. De même, il montre sans concession la violence dont a fait preuve l’armée turque à l’encontre des Arméniens. Il nous offre également l’occasion de découvrir, de belle manière, les splendeurs de la Mésopotamie, les couleurs de l’Orient et les paysages grandioses du Dakota. Avec The Cut, Fatih Akin achève sa trilogie sur l’amour qui comporte Head On (Ours d’or de Berlin en 2004) et De l’autre côté (Prix du meilleur scénario au Festival de Cannes en 2007).

Ci-dessous la bande annonce du film

 

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité