L'anonymat d'un âne violé assuré par un journal

Un journal belge relate le fait divers d'une ânesse belge violée par un zoophile... tout en s'assurant de garantir son anonymat.

Par

Quand la déontologie journalistique est poussée à son comble. En Belgique, un homme a été surpris en pleins ébats avec une ânesse. Ce n’est pas ce fait divers qui est insolite mais plutôt la couverture médiatique qu’en a fait Sudinfo. En effet, le journal belge a décidé de publier la photo de l’animal victime du viol… avec un bandeau noir sur les yeux, comme pour préserver son anonymat.

Toujours dans cette idée, le journal a même donné précautionneusement un faux nom à l’ânesse. « La victime, Annette (prénom d’emprunt), n’a pas voulu se confier. Et pour cause, puisqu’Annette est… un âne. » Le début de cette phrase est-il à prendre au second degré ? En tous, cas, une chose est sûre, comme l’exprime bien le journal français 20 minutes, ce journal belge peut être fier d’avoir inventé « l’âneonymat ».

article suivant

Nordin Amrabat pourrait donner son nom à une avenue à Nador

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.