Wikipédia, un mauvais médecin

Logo de Wikipédia. Photo : DR

Tout le monde le dit, diagnostiquer soi-même une potentielle maladie sur Internet est un mauvais réflexe. Une récente étude sur Wikipédia, menée par Robert Hasty, un chercheur à l’Université de Campbell aux Etats-Unis, tend à confirmer cette idée. Le scientifique s’est intéressé aux pages anglophones portant sur les dix maladies les plus coûteuses au système de santé américain (parmi lesquelles cancer du poumon, diabète, maux de dos, dépression…), et a fait vérifier chaque article par dix internes en médecine. Résultat : neuf des dix articles comportaient de sérieuses erreurs. « C’est plus un devoir collectif qu’une étude », réagit Pierre-Carl Langlais, contributeur sur le site Rue 89 et « wikipédien », qui considère que le dispositif de l’étude est biaisé. Selon lui, « la recherche scientifique ne se résume pas à une simple accumulation de vérités absolues. (…) dans de nombreux cas les connaissances sont incertaines ».  

article suivant

À travers Maritemex, Rahal Boulgoute construira un “Centre africain d’excellence en cybersécurité”