Innovation. Le Marocain qui défie les géants

A 22 ans, Youssef Taleb compte révolutionner le segment des tablettes dans le monde. Combinant deux technologies avant-gardistes en un seul appareil, ce petit génie nous livre son histoire.

Par

Une entreprise marocaine innovante, qui plus est dans le domaine des nouvelles technologies, est un fait rare. Une jeune start-up marocaine, Provok Developments, a réussi le pari en mettant au point la tablette du futur. Youssef Taleb, le jeune patron de 22 ans, nous a présenté le prototype fonctionnel de cette tablette marocaine. Elle est dotée d’un rétroprojecteur ainsi que d’une technologie lui permettant de transformer toute surface plane en un clavier tactile.

Partant du constat que peu de choix est offert à la clientèle de ce segment, Youssef Taleb veut lui donner une alternative. En effet, le marché compte seulement  deux types de tablettes. Celles avec un écran de 10 pouces offrant le confort d’un grand écran, et les plus petites de 7 pouces permettant la mobilité. « La mienne, avec son projecteur de 50 pouces, résout cette problématique et allie confort et mobilité », explique Youssef Taleb. Le produit final sera équipé d’un système d’exploitation Windows 8, d’un écran de 6 pouces, d’un Stylus servant de pointeur et d’une télécommande. « Pour ce qui est du reste, mémoire, processeurs et batterie, nous allons permettre à l’acheteur d’en décider », souligne le jeune patron.

Pour cela, il se prépare pour une levée de fonds, à travers le crowdfunding, en juillet prochain. L’objectif est de collecter 3 millions de dollars qui lui permettraient de financer le développement restant et la production de la tablette. « Nous sommes d’ores et déjà en discussion avec deux des plus importants fabricants de tablettes au monde », explique Youssef Taleb.

Instinct entrepreneur

Malgré son jeune âge, Youssef n’est pas novice dans l’entrepreneuriat. A 16 ans déjà, son goût du risque le pousse à investir en Bourse une somme d’argent empruntée à son père. Trois ans plus tard, il dégage un bénéfice qui lui permet de s’acheter une propriété agricole. Une réussite qui l’amène à en chercher d’autres. Il décide alors de commercialiser un produit, pour le moins exotique : un marquage au sol écologique. Une solution qui aurait pu servir, selon lui, pour la publicité mais aussi pour la signalétique. « Malheureusement, ça n’a jamais pu se faire, il n’y avait pas d’autorisation des services communaux pour le concept, inexistant au Maroc », déplore le patron de Provok Developments. Entre-temps, il obtient son bac à l’Americain School of Casablanca, puis intègre l’Université Al Akhawayn pour faire des études de management. Il entame par la suite un Bachelor à Regent’s University à Londres, qu’il laisse en stand-by pour se consacrer à son invention. « L’idée de la tablette m’est venue en août dernier lorsque j’étais encore étudiant à Londres », nous raconte-t-il. Croyant dur comme fer en son projet, il décide de rentrer au Maroc et de lancer son propre business. Il s’y consacre complètement durant six mois. « J’ai par la suite compris qu’il fallait constituer une équipe et concrétiser les choses », ajoute-t-il. Conseillé par son père, expert-comptable, il monte alors tout seul, en février dernier Provok Developments. D’autres personnes l’ont rejoint depuis, et il espère pouvoir en embaucher d’autres afin d’accélérer le développement de l’entreprise. Et à Youssef Taleb de conclure : « On réfléchit actuellement à d’autres produits, pour assurer la pérennité de la start-up et aussi pour renforcer la position du Maroc sur la scène internationale dans le domaine de l’innovation technologique ».   

article suivant

Benchaâboun : “Il n’est pas logique de dire que l’on continuera à dépenser comme si de rien n’était”