Campagne de lutte contre le racisme : une première au Maroc – Telquel.ma

Campagne de lutte contre le racisme : une première au Maroc

«Je ne m’appelle pas Azzi (ndlr : insulte qui désigne les noirs)», (Masmiytich Azzi). C’est en ces mots que se décline le slogan de la campagne visant à lutter contre le racisme ordinaire au Maroc qui sera lancée ce vendredi 21 mars, une date commémorant la journée mondiale contre le racisme.

A l’origine de cette initiative, un collectif d’associations regroupées en une coordination dénommée « Papier pour tous » crée au lendemain de l’opération de régularisation des étrangers.  C’est aussi l’occasion pour les différentes associations de montrer qu’elles participent activement aux cotés des autorités publiques au combat contre les stéréotypes et contre le racisme ordinaire au Maroc.« C’est une initiative marquante, une première au Maroc,  et une occasion pour la société civile marocaine de s’impliquer en tant que partie prenante  dans la lutte contre le racisme au Maroc », explique Stéphane Julinet, chargé de programme Droit des étrangers et Plaidoyer du GADEM (Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants)

Pour ce faire, le slogan «  je ne m’appelle pas azzi » sera inscrit aussi bien en français qu’en arabe  sur les banderoles, les affiches, les t-shirts et tous les supports visuels de communication du collectif. Un slogan un peu choc mais choisi exprès pour « secouer les  consciences et les faire réagir »  souligne Julinet.

Aussi une conférence débat autour de cette thématique sera organisée à Rabat le même jour. Elle verra la participation de diverses personnalités, et des médias, mais aussi les témoignages  des étrangers vivant au Maroc et des MRE (Marocains Résidants à l’Etranger) et la projection de courts métrages contre le racisme.

La journée du 21 mars a été consacrée « Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale » par l’ONU,  une date qui symbolise le massacre de plusieurs manifestants anti-apartheid par des policiers  dans l’Afrique du sud des années 60.

article suivant

Une enquête parlementaire pour déterminer les "vrais responsables" des retards des projets d'Al Hoceima ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.