Mohamed Sajid accusé d’abus de pouvoir

Tandis  qu’une cellule, composée d’inspecteurs du ministère de l’intérieur, mène son investigation pour récolter les impôts au niveau de Casablanca, des responsables du Part de la Justice et du Développement (PJD), siégeant au conseil de la capitale économique, émettent des critiques quant à «  la dictature  » de  Mohamed Sajid en matière de gestion du conseil.

Nouvelle tension entre des élus locaux et le président du conseil de la ville de Casablanca, Mohamed Sajid. Abderrahim El Khili, président du groupe PJD au sein du conseil de la ville, affirme à nos confrères de Hespress, que «  Sajid a demandé aux quatre inspecteurs désignés par le ministère de l’intérieur pour récolter les impôts de la ville, de commencer leur ouvrage sans avoir pris la peine de nous consulter  ».Et d’ajouter que «  le président du conseil de la ville a omis volontairement d’entrer en concertation avec la coalition qui le soutient pour prendre les décisions ».

Pour sa part, l’élu de l’Istiqlal et membre du conseil de la ville, Mustapha Richi déclare, pour sa part,  que «  la constitution d’une cellule de récolte des impôts par le ministère de l’intérieur, prouve l’échec de Mohamed Sajid dans la bonne gestion de la ville de Casablanca ». Il ne manque pas de rappeler que «  c’est au conseil de la ville de s’en charger  ».

Cette cellule aura pour mission principale de  recueillir les taxes concernant les terrains vides à Casablanca et devra effectuer un nouveau recensement afin d’identifier les personnes et les nouvelles structures qui n’ont pas encore payé leurs dus. 

article suivant

Cristiano Ronaldo et le Maroc, une histoire d'amour réciproque

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.