Internet au Maroc, trop cher et inaccessible aux plus pauvres

Les services internet haut débit des opérateurs marocains sont  trop chers et inaccessibles à la majorité de la population. C’est le constat dressé par la Banque Mondiale dans un rapport publié le jeudi 6 février.

L’accès à internet est encore un luxe au Maroc. Selon la Banque mondiale, « les 40% les plus démunis doivent dépenser 30 à 40% de leurs revenus pour bénéficier du service internet haut débit mobile ». Pour ce qui est des 60% les plus pauvres, l’accès au haut débit leur coûte près d’un quart de leur revenu. Des millions de personnes restent donc en marge de la révolution de l’information.

Autre point soulevé par les experts de la banque mondiale, le déficit d’infrastructure haut débit. Ils pointent notamment le manque de  « déploiement des réseaux haut débit, l’accès à l’internet et son utilisation et le manque de création des contenus numériques ». Pour combler cette faiblesse, l’organisation invite le Maroc à « explorer de nouveaux modèles de partenariat public-privé qui permettraient une exploitation plus efficace des réseaux haut débit et d’en élargir l’utilisation au niveau local ».  Pour ce qui est de la politique des prix, le rapport préconise « la concurrence entre les différents services de télécommunications pour les inciter à offrir à plus de clients des services internet à haut débit utilisant des plateformes technologiques ». Enfin, il incite le royaume à recourir à « des stratégies axées sur la demande […] qui renforceront la culture numérique et contribueront à rendre les terminaux plus abordables ».