Sida. Les chiffres qui inquiètent

Les autorités ont publié des chiffres rassurants sur le sida. Des statistiques qui sont l’arbre qui cache la forêt.

Selon le ministère de la Santé, 30 000 Marocains sont atteints par le VIH, ce qui représente 0,11% de la population. Des chiffres rassurants ? Pas tant que cela, selon Nada Bezad, présidente de l’Organisation panafricaine de lutte contre le sida (OPALS-Maroc) : « La courbe des cas de sida est ascendante. Nous avons enregistré une augmentation de 12% de 1996 à 2000, plus de 25% entre 2000 et 2005, et plus grave, plus de 50% entre 2005 et 2011 ». Toujours selon Nada Bezad, 10 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour, 4 Marocains en meurent quotidiennement et 150 enfants sont infectés chaque année. Même si les tests sont disponibles au Maroc tout comme les traitements, le bât blesse au niveau des campagnes de dépistage. Le ministère de la Santé n’en mène qu’une par an et elle ne touche pas les zones enclavées. L’autre point noir, relevé notamment par l’ALCS, touche à la forme des messages de prévention qui ne font qu’effleurer la question auprès des jeunes. « Pressé par le poids de la morale, on n’appelle jamais un chat un chat », constate un membre de l’ALCS. Les différentes campagnes télévisées ne touchent pas les jeunes, qui sont mal informés sur les risques encourus suite à des rapports sexuels non protégés. Et, dans ce pas précis, il y a déjà péril en la demeure. Selon les chiffres de l’ALCS, la tranche d’âge des 15-24 ans représente 10% des cas de sida recensés entre janvier 2009 et juin 2013. Les acteurs de la lutte contre le sida craignent une augmentation de ce pourcentage, sachant que les jeunes ont des relations sexuelles de plus en plus précoces, évolution sociétale oblige. D’autant que 60% des jeunes hommes déclarent  fréquenter des prostituées. Et seuls 15% d’entre eux affirment se protéger lors de rapports sexuels avec ces travailleuses du sexe.  

 

article suivant

Jair Bolsonaro contracte le coronavirus, les États-Unis divorcent de l’OMS