L'agenda culturel #596

Par

Peinture. Mehdi Qotbi met l’art sur le tapis

Pour sa nouvelle exposition, Mehdi Qotbi a décidé de s’inspirer des tapis marocains et de la richesse de leurs tissages, propres à leur région et l’époque de leur confection. En faisant du tapis le support de ses œuvres, il assume le pari de reprendre un élément représentatif de la culture marocaine, pour y introduire un élément pictural récurrent dans son travail. A savoir les lettres enchevêtrées, calligraphiées et en couleurs, qui donnent naissance à une atmosphère picturale énigmatique. M.S.

> Jusqu’au 12 décembre, à la So Art Gallery de Casablanca.

Photographie. Hmar ou bikhir

Hicham Benohoud présente une série de photographies intitulée « Ânes situ ». Ses clichés mettent en scène des ânes photographiés dans des intérieurs de maisons, entourés par des sortes d’enclos mêlant briques, tôle et fer. Des installations qui reflètent, selon Benohoud, « les différentes contradictions inhérentes à la société marocaine contemporaine  ». Né en 1968 à Marrakech, cet ancien professeur d’arts plastiques est actuellement l’un des artistes les plus cotés de sa génération.  M.S.

> Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui, Casablanca, jusqu’au 4 janvier.

Cinéma. Vivre le cauchemar américain

Ewa (Marion Cotillard) et Magda, deux sœurs polonaises, arrivent à New York en 1921. Lorsque Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine, Ewa se retrouve seule. Elle croise alors le chemin de Bruno Weiss (Joaquin Phoenix), qui vole à son secours. Sauf que l’homme la pousse rapidement à se prostituer. Mais heureusement pour la jeune immigrée en situation irrégulière, Orlando (Jeremy Renner), le cousin de Bruno, un illusionniste, lui redonnera de l’espoir. The immigrant, le dernier James Gray, est un film dur, qui évoque les drames qu’ont vécus les premières générations de migrants européens aux Etat-Unis. Marion Cotillard – qui sera au Festival du film de Marrakech, avec James Gray – est poignante dans son rôle de jeune femme vulnérable.  M.S.

> En salle, au Mégarama de Casablanca, Fès et Marrakech.

Et aussi…

Concert. Le pianiste Alexey Sichev interprètera Beethoven, Ravel, Schubert et Liszt le temps d’un récital à Kénitra. Né en 1988 en Russie, ce jeune virtuose a commencé à étudier le piano à 7 ans et s’est produit en compagnie d’un orchestre à 10 ans. Figurant déjà parmi les pianistes les plus réputés au monde, Alexey Sichev a remporté en 2013 le Grand prix du Concours international de piano Lalla Meryem.

> Le 3 décembre à 19h, à l’Institut français de Kénitra.

Spectacle. Anne Roumanoff fera bientôt escale à Casablanca avec son tout dernier spectacle, intitulé Anne [Rouge]Manoff !, qui a eu de très bonnes critiques dans la presse française. Elle y aborde la crise de la dette, la quête du bonheur, la folie des smartphones ou encore les diktats alimentaires… Des sujets sérieux que l’humoriste française transforme en sketchs hilarants.

Le 10 décembre au Studio des arts vivants de Casablanca.

article suivant

Patricia Buisson, spécialiste de la "politique de prix", en renfort chez Total Maroc

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.