Musique. Badr sans sa bande

Badr Belhachemi, l’ex-guitariste du groupe fusion Darga, relance sa carrière musicale. Entre 2002 et 2009, celui que l’on surnommait Pedro poussait également la chansonnette sur quelques morceaux du groupe, comme le très poignant Sidi Abdelkrim, en hommage à Abdelkrim El Khattabi. Son tout nouveau single, intitulé Chkoun ana, est teinté de sonorités raï, amazighes et africaines. Un savant mélange de style, en parfait accord avec le thème du morceau. L’artiste, Maroco-algérien, s’interroge sur son identité multiple, “à la fois africaine, amazighe, ou encore arabe” et “partage son rêve de voir un jour le Maghreb uni, où la volonté des peuples serait davantage entendue et prise en compte”. Un thème certes récurrent dans les morceaux des artistes de la scène urbaine marocaine, mais souvent abordé avec beaucoup de superficialité, à la fois dans les textes ou dans la composition musicale. Et cette fois-ci, ce n’est pas le cas. A écouter d’urgence !

article suivant

Pour Hassan Nasrallah, "Israël a fourni au Maroc les noms de dirigeants du Hezbollah"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.