essentiel

Mohamed Ziane charge Aziz Akhannouch sur l'assurance des hydrocarbures

Mohamed Ziane Crédit: R. Tniouni
Mohamed Ziane charge Aziz Akhannouch sur l'assurance des hydrocarbures
février 23
18:21 2017
Partager

Mohamed Ziane, secrétaire général du Parti libéral, a critiqué la souscription d'une assurance sur les produits pétroliers décidée par Aziz Akhannouch à l'époque de son intérim au ministère de l'Économie et des Finances. L'entourage de ce dernier rejette les accusations.

Mohamed Ziane accuse le ministre de l'Agriculture et patron d'Akwa (acteur du secteur des hydrocarbures) d'avoir adopté un amendement favorable aux pétroliers. En 2013,  "Aziz Akhannouch a assumé durant 15 jours l'intérim au ministère des Finances au lendemain du départ de l'Istiqlal (...) il a alors fait passer un amendement incluant les produits subventionnés dans (une liste) de frais pouvant être payés sans signature préalable", s'insurge le patron du Parti libéral, lors d'une conférence de presse relayée par nos confrères de Lakome.

Mohamed Ziane affirme que le gouvernement a signé "un accord auprès de Wall Street pour souscrire à une assurance afin de se prémunir contre les fluctuations du prix des hydrocarbures à l'international". La valeur de cette assurance "a atteint 60 millions de dirhams", selon le chef du parti au lion, qui s'interroge sur la pertinence de ce choix et se demande "pourquoi un tel accord n'a pas été signé auparavant, alors que le prix du baril avait atteint 100 dollars et qu'il était sur une courbe descendante depuis 2013". 

Pour l'heure, le ministre n'a pas officiellement commenté cette sortie. Contactée par Telquel.ma, une source proche du dossier qualifie la sortie du patron du Parti libéral d'"ahurissante". "En 2013, le prix du baril a augmenté en raison du contexte international. Le chef du gouvernement s'en est inquiété, et a annoncé qu'il n'y aurait pas de répercussion sur le consommateur si le prix dépasse les 120 dollars le baril. Il fallait dès lors souscrire une assurance. Le débat est même plus ancien: le FMI et la Banque mondiale appelaient depuis 2008 à recourir à la méthode du hedging [produit d'assurance placé à l'international, NDLR]", nous précise notre source.

Le gouvernement a suivi ces recommandations. L'accord sera paraphé avec trois banques nationales à parts égales (AWB, BCP et BMCE). "Les pétroliers n'y gagnent absolument rien, c'est surtout une garantie pour l'État", conclut notre interlocuteur.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss