Economie

Dégroupage : Inwi adresse une mise en demeure à Maroc Telecom

Crédit : DR
Dégroupage : Inwi adresse une mise en demeure à Maroc Telecom
décembre 22
20:03 2016
Partager

Nouvel épisode dans la guerre des négociations autour du dégroupage des infrastructures télécoms: Inwi a adressé une mise en demeure à son concurrent, l'opérateur historique Maroc Telecom.

L'opérateur téléphonique Inwi a adressé une mise en demeure à son concurrent Maroc Telecom, apprend-on jeudi 22 décembre d'une source proche du dossier, qui confirme une information parue initialement chez nos confrères Medias24 et Le360.

L'objet de cette mise en demeure est la mise en oeuvre concrète et l'accélératon du dégroupage, c'est à dire le partage des infrastructures, que l'opérateur historique est tenu de mettre à disposition de ses concurrents en contrepartie de royalties, comme le prévoit la loi. "Cette mise en demeure a été envoyée pour mettre en oeuvre le dégroupage et pour qu'il y a ait une véritable concurrence. C'est l'étape qui précède une saisie en justice", nous explique notre source. "Inwi souhaiterait que l'opérateur historique cesse d'entraver la concurrence et (arrête) ses abus de position dominante", écrit même Le360.

Cette mise en demeure intervient près de trois mois après une décision du régulateur du secteur, l'Agence nationale de réglementation des télécoms (ANRT). Une décision publiée le 26 septembre par le gendarme des télécoms reprochait à IAM un « manquement partiel à ses obligations réglementaires spécifiques découlant de sa qualité d’exploitant exerçant une influence significative sur le marché de gros de l’accès à l’infrastructure constitutive de sa boucle locale cuivre. ».En des termes plus simples: l'ANRT presse IAM de mettre à la disposition de ses concurrents ses infrastructures, comme le prévoit la loi.

Lire aussi: Excédée par ses retards sur le dégroupage, l’ANRT avertit IAM

L'opérateur historique s'est pour sa part toujours défendu d'un quelconque abus de position dominante, arguant au contraire investir lourdement dans les infrastructures. IAM dit pour sa part réclamer simplement « un dégroupage équitable », comme l'avait expliqué son Président directeur général, Abdeslam Ahizoune. 

 

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss