Société

Le CSCA met en garde Radio Mars, Chada FM et Radio 2M

Crédit : haca.ma
Le CSCA met en garde Radio Mars, Chada FM et Radio 2M
juin 21
11:11 2016
Partager

Radio 2M, Chada FM et Radio écopent d’avertissements pour des émissions qui remontent à octobre 2015.

Trois radios se sont fait taper sur les doigts par le gendarme de l’audiovisuel. Entre février et mars 2016, le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a adressé pas moins de trois avertissements, publiés au dernier Bulletin officiel. Et c’est Radio 2M qui ouvre le bal : Dans l’émission « Al journal al ijtimai », diffusée le 7 octobre 2015, un animateur « n'a pas respecté les dispositions relatives à l'honnêteté de l'information et des programmes », indique le CSCA. « L'édition de l'émission a été consacrée à la tension provoquée par les positions suédoises sur la question de l'intégrité territoriale du Maroc, durant laquelle l'un des animateurs de l'émission a considéré que les positions et les propos du premier secrétaire du parti de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) concernant les résultats des élections locales et régionales « malmènent le Maroc et ruinent son image » et qu’ils « constituent un danger pour le Maroc ».

Pareil pour Radio Mars, dont l’émission « Mars Champion's », diffusée du 19 au 23 octobre 2015, n’a pas échappé à la vigilence de la HACA. L’objet de l’avertissement ? Un jeu concours où le nom et le slogan d’un sponsor – Petrom – ont été mentionnés jusqu’à vingt lors d’une seule édition. Les sages du CSCA brandissent ainsi l’article 19 du cahier des charges de Radio 20, société éditrice de Radio Mars : « La présence du parrain doit être clairement identifiée, en tant que telle, au début et/ou à la fin de l'émission (…) à l'exclusion de tout slogan publicitaire ou de la présentation argumentée de ses services ou d'un ou plusieurs de ses produits. »

Le troisième avertissement a été adressé à Chada FM, éditée par la société Chada Radio, à cause de son émission « Dine Wa Dounia » diffusée le 16 octobre 2015. La station a reçu ce jour-là un prédicateur, répondant au nom d’Abderrahmane Essakkach, dont les propos, jugés sexistes et discriminatoires, ont soutenu qu'une femme ne souffrant pas de précarité ne doit remplir que les occupations de son foyer.

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss