Sciences & technologies

Et si vous appreniez le code (informatique) à vos enfants?

Crédit: Yassine Toumi
Et si vous appreniez le code (informatique) à vos enfants?
janvier 15
17:58 2016
Partager

Cod Cod Codet est la première école au Maroc qui propose l'apprentissage du code. Une première dans le royaume, mais une tendance déjà courante sous d'autres cieux.

« Bienvenue à Cod Cod Codet », lance la petite poule en Lego, mimant le bruit de la porte qui s’ouvre.  C’est avec ce dispositif, relié à un ordinateur que Fleur-Eve, la patronne, Jean et Salma, accueillent parents et enfants dans la première école de code destinée aux enfants au Maroc, Cod Cod Codet. 

Les enfants s’initient au code dans cet établissement récemment ouvert en septembre 2015 à Casablanca. Ici, on « cogite, on crée et on code » de 4 à 14 ans, mais on joue aussi à Mario Kart sur une vieille console Super Nintendo, car Fleure-Eve est une « grande fan de Mario ». Les murs sont tapissés de petits hamsters Hamtaro en bead sprite. Ambiance 100% start-up donc, mais n’allez pas croire que c’est un repère pour geek.

Cod Cod Codet propose des formations étalées sur trois mois pour les enfants (à près  de 2.000 dirhams), mais aussi des stages pendant les vacances scolaires. La joyeuse équipe propose des activités d’éveil pour les plus petits et du codage un peu plus poussé pour les plus grands. Concrètement, cela consiste par exemple à programmer des « smart-toys », des petits robots jouets sur lesquels sont plantés de gros boutons. « Gauche, droite, droite, puis gauche », les enfants appuient sur des flèches, et programment un itinéraire qu’exécute dans la foulée un petit robot déposé sur un gigantesque jeu de l’oie. Ce sont les rudiments du code informatique, une activité destinée à développer les capacités de logique dès la petite enfance.

Les plus grands utilisent eux essentiellement un logiciel gratuit, Scratch. Développé par le MIT (Massachusetts Institute of Technology). Il permet de programmer très facilement de manière graphique  un jeu vidéo rudimentaire ou un dessin animé, sans avoir besoin d’écrire ces longues lignes de code à vous donner le tournis (vous voyez un peu le texte vert des films Matrix?). Nous l’avons essayé : c'est un jeu d’enfant. Et rassurez-vous, les enfants passent plus de la moitié du temps en mode « débranché ». S’ils sont déjà accros à leur iPad, cet apprentissage ne risque pas de les rendre plus dépendants. En effet, la programmation apprend à réfléchir, et non simplement à consommer.

Cod Cod Codet est accrédité par le SCAC , qui est un organisme officiel de l’Etat français, pour intervenir sur le temps scolaire. Cela veut dire que la start-up est homologuée pour intervenir dans les réseaux des écoles de la mission et de l’AEFE. Une garantie non négligeable.

Crédit: Y.Toumi

Crédit: Y.Toumi

 

Mais au fait, pourquoi faut-il apprendre le code informatique à ses enfants ?

Une statistique d’abord: sur le continent africain, moins de 1% des enfants quittent l’école avec des notions de base en informatique. Or, comme aime à le répéter Fleur-Eve, « 70% des métiers de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui » et beaucoup d’entre eux auront besoin de compétences en code. Concrètement,  un tel apprentissage peut contribuer à augmenter les revenus des enfants de 40 à 200%.

« Tout le monde doit apprendre à programmer un ordinateur, parce que cela vous apprend à réfléchir ». Cette fois-ci, ce n’est pas Fleur-Eve qui le dit, mais le fondateur d’Apple Steve Jobs dans une interview prémonitoire datant de 1995, mais qui n’a été publié qu'à titre posthume deux ans après sa mort.

L’apprentissage du code fait partie désormais du programme scolaire de nombreux pays, comme l’Inde ou la Grande –Bretagne. Les adultes eux ont franchi le pas, et il est possible d'utiliser des solutions gratuites comme Hour of Code ou Code Academy. Au Maroc, l’idée est encore perçue comme une lubie de matheux ou de technicien de pointe. À tel point que sur la liste des partenaires de Cod Cod Codet, ne figure aucune mention du ministère de l’Éducation nationale. Et ce n’est pas un bug.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss