Tanger Tech, enquête sur une cité mirage

Telquel

Tanger Tech, enquête sur une cité mirage

Annoncés en grande pompe en mai 2017, les travaux de construction de la Cité Mohammed VI Tanger Tech tardent à démarrer. Si la société est bel et bien constituée, son promoteur chinois, Haite, ne fait pas partie de son tour de table. Le projet est-il tombé à l’eau?

Par

Aïn Dalia, future Shanghai marocaine”. C’est ainsi qu’un quotidien de la place qualifiait en 2016 le projet de la Cité Mohammed VI Tanger Tech. L’euphorie était telle que le conditionnel de rigueur cédait aisément le pas aux chiffres mirobolants. 100.000 emplois, 200 usines, dix milliards de dollars d’investissement, le tout à grand renfort de sociétés chinoises. Le financement devait être assuré par un trio qui semblait d’accord sur tout : BMCE Bank, la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma qui devait fournir le terrain, et le groupe chinois Haite, avec lequel un mémorandum d’entente avait été signé en mai 2016 lors de la visite du roi en Chine. Ce même groupe chinois devait investir un milliard de dollars dans le parc industriel.

Un an plus tard, le roi présidait au palais Marchane à Tanger une cérémonie de présentation du projet de la Cité Mohammed VI Tanger Tech. Et Othman Benjelloun de prophétiser : “C’est la renaissance de la route de la soie, si chère à nos partenaires et amis chinois. Cette route passera désormais par Tanger et, à partir de cette terre bénie,...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Abdelmadjid Tebboune est le vainqueur des élections présidentielles