Carburants, ce que les Marocains ont payé en trop – Telquel.ma

TELQUEL

Carburants, ce que les Marocains ont payé en trop

section.section.magazine-section.big-magazine-section{float:none} Depuis la libéralisation des prix des carburants, les marges des pétroliers marocains ont explosé. C’est ce que confirme le rapport Bouanou qui sera présenté le 15 mai au parlement, expurgé de ses conclusions. TelQuel, qui l’a obtenu en exclusivité, sort la calculette pour recompter les milliards surfacturés aux automobilistes depuis 2015. Estimation basse : 13 milliards de dirhams.

Par et

Environ 15 milliards de dirhams. C’est le cumul du surplus payé par les automobilistes marocains à la pompe depuis la libéralisation des prix des carburants fin 2015, selon la mission d’information parlementaire sur les prix des carburants.

En comparant les prix moyens pratiqués dans les 2470 stations-service marocaines avec les cours internationaux des carburants, tout en prenant en compte les taxes et autres charges, le groupe présidé par le député PJD Abdellah Bouanou est arrivé à la conclusion que “la différence moyenne entre le prix public selon le taux de marge en vigueur avant la libéralisation et le prix public avec la marge pratiquée après la libéralisation est de 96 centimes par litre de gasoil, ce qui représente un gain supplémentaire pour les entreprises de 7 milliards de dirhams par an.

Dans le détail, 7,4 milliards de dirhams pour l’essence et le gasoil en 2016. 7,7 milliards en 2017. Le rapport — dont TelQuel détient la première mouture ainsi que le rapport final et vous en révèle les principaux enseignements en exclusivité — doit être présenté le 15 mai.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Hausse des frais de scolarités en France : les explications de l'ambassade