À Agadir, les déchets agricoles nouveau gisement de développement durable

À Agadir, les déchets agricoles nouveau gisement de développement durable

Les efforts de la Fondation Crédit Agricole du Maroc pour le Développement Durable et Agrotech commencent à donner leur fruit. La structuration de la filière de recyclage permet d'atténuer les effets écologiques des déchets agricoles. Objectif: transformer la nuisance en opportunité.

Comment valoriser les déchets produits par la filière agricole et en faire une nouvelle ressource exploitable, plutôt qu’un fardeau? C’est la réponse apportée par la Fondation Crédit Agricole du Maroc pour le Développement Durable et Agrotech, qui ont organisé le mardi 15 octobre à Agadir une rencontre B to B entre les agriculteurs et les opérateurs du recyclage pour valoriser les déchets agricoles.

Objectif: contribuer à la structuration de cette nouvelle filière. « Le recyclage est un des axes sur lesquelles travaille la Fondation à travers la promotion des pratiques agro-écologiques et d’agriculture durable notamment avec un label, le marché paysan, la certification biologique des produits de la montagne (amandier, noyers), l’identification des différents acteurs du recyclage, le développement des solutions de financièrement adaptées, de guides de promotion des bonnes pratiques auprès des agriculteurs, etc. » énumère  Leila Akhmisse, Directrice exécutive chez Fondation Crédit Agricole du Maroc pour le Développement Durable.

L’événement, n’a pas été organisé  à Agadir par hasard.  La région émet le plus de déchets organiques et inorganiques du Royaume. Le Sous Massa est en effet une zone ou le développement agricole est très soutenu, comme le note Dr Benhalima Thami, directeur de l’Association Agro technologie Souss- Massa. Avec le plan Maroc Vert, les superficies en serre ont beaucoup augmenté, ce qui a eu un effet mécanique sur la production des déchets plastiques. Jetés, brûles, ou enfouis dans le sol alors qu’ils contiennent des pesticides, ces déchets étaient jusque-là une source de nuisance pour l’environnement, le paysage et la santé des Marocains.

Grâce au partenariat entre la Fondation du Crédit Agricole pour le Développement Durable et Agrotech, la donne change. « Un Etat des lieux a été fait. Puis la filière a été organisée, pour la sortir de l’informel », explique  Dr Benhalima. Résultat: 11 coopératives, une union des coopératives et un groupement d’intérêt économique qui regroupe presque tous les opérateurs de la région. Ces opérateurs sont désormais « une force de proposition connue et reconnue », poursuit-il. Les déchets sont désormais perçus par ces acteurs locaux comme un gisement, et leur nuisance environnemental atténuée par ces efforts permis par le rapprochement entre les agriculteurs, les professionnels de la filière et l’innovation en solutions de financement offerte via l’expertise de la Fondation Crédit Agricole du Maroc.

article suivant

Les logorrhées d'El Othmani à Marrakech