Moncef Marzouki : “Le rôle de la Tunisie est de pacifier le conflit entre le Maroc et l’Algérie, pas de l’envenimer”

Crise diplomatique entre le Maroc et la Tunisie après la réception réservée au chef du Polisario, évolution du pays du jasmin sous Kaïs Saïed, avenir du Maghreb arabe… autant de questions abordées lors d’un entretien avec l’ancien président tunisien (2011-2014).

Par

AFP

Fin août dernier, la Tunisie a abrité le sommet Afrique-Japon, plus connu sous le nom de “TICAD”. Invité surprise : le Polisario, dont le chef, Brahim Ghali, a reçu un accueil digne d’un chef d’État par le président tunisien, Kaïs Saïed. Un acte “grave et inédit” aux yeux du royaume qui a rappelé son ambassadeur. Cet incident, l’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, le regrette encore aujourd’hui. Sollicité par TelQuel, celui qui a dirigé le pays du jasmin au lendemain du printemps arabe, de 2011 à 2014, dit avoir été “indigné par cette réception qui rompt avec la politique de neutralité et de maintien des meilleures relations avec les frères en dispute”. Très critique à l’égard de son successeur au palais de Carthage (élu en 2019), il promet un retour à la normale entre les deux pays dès l’éviction de Kaïs…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés